Accueil Finance Bruxelles attribue à Cellnex six projets pour renforcer l’infrastructure 5G

Bruxelles attribue à Cellnex six projets pour renforcer l’infrastructure 5G

509
0

La Commission européenne a attribué Cellnex six projets pour stimuler l’infrastructure 5G dans le les corridors de transport communautairestel que communiqué par l’entreprise.

« Cellnex contribuera au déploiement de l’infrastructure 5G en Europe, notamment à la mise en œuvre d’un réseau de communication neutre de véhicule à infrastructure (V2X) pour les services de sécurité et autres dans quatre corridors transfrontaliers entre le Portugal, l’Espagne et la France », a expliqué l’entreprise espagnole.

Les projets de déploiement couvriront deux corridors transfrontaliers reliant l’Espagne à la France (Barcelone-Montpelier/Toulouse et Bilbao-Bordeaux). y deux corridors reliant l’Espagne au Portugal (Salamanque-Porto-Vigo et Mérida-Evora).. Dans les études, Cellnex explique, comprend la connexion entre l’Italie et l’Autriche et le projet EUMOB avec Abertis..

L’initiative des corridors 5G est l’un des projets multinationaux de la stratégie de la Décennie numérique de l’UE. Le CEF Digital propose établir un réseau de transport paneuropéen de corridors 5G d’ici 2027.. Ces infrastructures sont considérées comme des éléments clés pour le déploiement de la mobilité connectée et automatisée de demain. Ils serviront également à renforcer la numérisation des opérations ferroviaires, ainsi qu’à fournir des services au-delà du secteur des transports dans les zones entourant les corridors, y compris les zones rurales.

L’entreprise a décrit ces projets comme un « élément essentiel de la mobilité connectée et automatisée du futur ». Cellnex a déjà de l’expérience dans de tels déploiements, ayant agi en tant que leader et coordinateur du projet 5GMED, développant des scénarios d’application 5G transfrontaliers dans les services avancés de mobilité coopérative connectée et automatisée (CCAM) et le futur système de communication mobile ferroviaire (FRMCS) dans le corridor méditerranéen, entre Figueras et Perpignan.

Lire aussi:  Bankinter réduit l'évaluation des sociétés pharmaceutiques espagnoles

 » L’objectif principal de ces projets, qui s’inscrivent dans le cadre du programme numérique du Connecting Europe Facility (CEF-2) de la Commission européenne, est de . fournir une connectivité 5G de haute qualité et transparente pour les services de sécurité routière, et offrir des services de connectivité aux utilisateurs de véhicules et aux passagers le long de ces corridors.« , explique Cellnex.

Pour le faire, Cellnex va déployer 34 nouveaux sites de télécommunications. (y compris les systèmes d’antennes distribuées – DAS-in-tunnels), où elle prévoit de travailler avec les opérateurs mobiles sur la base de son modèle d' »hôte neutre », complété par une infrastructure de communication V2X et des nœuds de calcul en périphérie pour fournir une connectivité 5G le long des plus de 1 400 km de ces quatre corridors transfrontaliers.

Dans l’ensemble, les projets impliquera un investissement global d’environ 24 millions d’euros, dont 50 % seront financés par la Commission européenne.. La mise en œuvre commencera en janvier 2023 et devrait s’achever en décembre 2025.

Lire aussi:  La journée des investisseurs en Espagne réunira de grandes sociétés cotées en bourse représentant 70 % de l'Ibex 35

Eduardo Fichmanndirecteur mondial de l’innovation et de la stratégie produit chez Cellnex, a souligné que l’entreprise « s’engage à tirer profit des avantages que la numérisation de ces corridors routiers apportera, non seulement aux véhicules connectés, mais aussi aux gestionnaires de routes, aux services d’urgence, aux opérateurs de logistique et de flotte, ainsi qu’aux passagers eux-mêmes ».

M. Fichmann a également invité « les opérateurs mobiles et les différents acteurs publics et privés du secteur de la mobilité à rejoindre le projet et à collaborer au développement de nouveaux services qui seront rendus possibles par le déploiement de ces infrastructures ».

Les PDG de Cellnex en Espagne -Albert Cuatrecasas-, au Portugal -Nuno Carvalhosa-, en France -Vincent Cuvilier-, en Italie -Gianluca Landolina- et en Autriche -Peter Haupt- ont déclaré qu’ils étaient « fiers de pouvoir soutenir, dans leurs pays respectifs, la feuille de route européenne visant à fournir une connectivité continue et de qualité aux réseaux routiers, favorisant ainsi l’amélioration de la mobilité, la sécurité routière et le développement économique dans leurs zones d’influence ».

Article précédentEXCEL ESPORTS et JD Sports lancent un podcast pour aider à combler le fossé entre la culture traditionnelle du football britannique et la scène compétitive de la FIFA.
Article suivantLa dette publique diminue en octobre pour la deuxième fois de l’année pour atteindre 1 497 milliards d’euros