Accueil Finance BofA reste positif sur les banques européennes : « La stratégie est claire,...

BofA reste positif sur les banques européennes : « La stratégie est claire, surperformer et monter ».

541
0

Le site Banques européennes sont toujours une bonne option d’investissement. C’est ce que les experts de Bank of America (BofA) dans l’un de leurs derniers rapports, dans lequel ils passent en revue les atouts du secteur et confirment qu’ils maintiennent leurs perspectives positives. Selon eux, la stratégie à suivre est claire : « surpasser et grimper »..

Selon les analystes de la banque américaine, les investisseurs ne devraient pas hésiter à inclure les banques européennes dans leurs portefeuilles pour les raisons suivantes Une force dont ils font preuve et qui, selon eux, se maintiendra dans les années à venir.. Ils soulignent, entre autres, que les bonnes performances du secteur en termes de revenus nets d’intérêts ne peuvent être ignorées.

« Nous continuons à améliorer nos prévisions. Le revenu net d’intérêt est la cléavec une révision à la hausse en 2022 de 22 milliards d’euros à ce jour », soulignent ces experts, qui estiment que ce poste va continuer à s’améliorer. En effet, ils estiment que les revenus nets d’intérêts seront supérieurs de quelque 65 milliards d’euros en 2024 par rapport à 2021, ce qui « représente une augmentation de 1,5 % ». Une croissance de 15% des revenus du secteur« .

En outre, BofA fait également référence à un autre des éléments clés de la bonne performance des banques : la hausse des taux d’intérêt. « Le rythme des hausses de taux d’intérêt s’est accéléré », indiquent ces stratèges, qui notent qu’en pratique, cela signifie que sur une base pondérée pour les banques européennes, les taux du quatrième trimestre de cette année seront « plus élevés en glissement trimestriel » que la hausse du troisième trimestre.

Lire aussi:  Rallye raisonnable à Wall Street après la publication des résultats de JP Morgan

« Et, encore une fois, au premier trimestre de 2023, le taux de l’amélioration moyenne est forte« . En conclusion, note la banque américaine, cela implique « jusqu’à 26% de croissance supplémentaire des NII ».

En plus de tout cela, dit BofA, il faut ajouter que les dépréciations ont été considérablement réduites. « La moitié des créances douteuses au pic de 2012 étaient des prêts non performants préexistants », et maintenant ceux-ci « ont été réduits de 70% », donc « leur contribution sera désormais faible ». Selon les estimations de ces analystes, « la probabilité de défaillance des portefeuilles de prêts est inférieure de 30 % à ce qu’elle était alors ».

Ils soulignent que les pertes sur prêts étaient de 120 points de base en 2012, et que pour cette année, elles seront de 65 points de base en termes de PIB comparables. Bien que « les perspectives du PIB nominal soient également différentes », de sorte que, alors qu’en 2012-2013, il était proche de zéro, en 2023-24 « il devrait atteindre une moyenne de 5 % ». « Les pertes sur prêts sont déterminées à la fois par la croissance nominale et la croissance réelle », ce qui conduit ces experts à s’attendre à ce qu’elles diminuent jusqu’à 40 points de base d’ici 2023.

Lire aussi:  Les points forts de la semaine prochaine : rapport sur l'emploi aux États-Unis, réunion de l'OPEP, données PMI...

UN CYCLE DIFFÉRENT

Chez BofA, on souligne également le bon ton des banques européennes face à un cycle qui est loin d’être typique. « Cette une forte croissance des bénéfices en 2022-24 est à l’opposé de ce que beaucoup considèrent comme la trajectoire naturelle des bénéfices des banques dans une économie de marché. récession: vers le bas ».

Et ceci, à son tour, « contribue à ce qui est devenu un multiple de bénéfice scandaleusement bas de 6,5 fois en 2023 et un ratio de 1,5 fois en 2023 ». de plus de 50% sur le marché en 2024.« . Comme l’expliquent les experts de la banque américaine, si l’on tient également compte du fait que les banques « vont distribuer 11 % de leur capitalisation boursière en espèces en 2023 », la meilleure chose à faire pour les investisseurs est d’acheter. « Nous restons positifs » sur le secteur, concluent-ils.

Article précédentLe footballeur allemand Max Kruse gagne 120 000 dollars dans un tournoi de poker alors qu’il est suspendu de son équipe.
Article suivantReevo lance un outil de promotion multi-fournisseurs