Accueil Business Berkeley renforce sa position : elle signe Miranda, García-Legaz et Riaño pour...

Berkeley renforce sa position : elle signe Miranda, García-Legaz et Riaño pour débloquer le projet Salamanca.

58
0

Berkeley Energia a grimpé en flèche (+10,98%) après avoir annoncé mercredi que la société la nomination d’un comité consultatif pour le conseil d’administration de sa filiale espagnole, propriétaire du projet de mine d’uranium à Salamanque, avec lequel elle va tenter de le débloquer, le gouvernement ayant refusé l’autorisation de son démarrage. Il sera composé de Rafael Miranda, Jaime García-Legaz et Miguel Riaño.

C’est ce qu’a communiqué la société dans une note envoyée à la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV), dans laquelle elle explique que ce comité consultatif va « renforcer considérablement » sa position en Espagne.avec l’expertise collective des membres du comité en matière d’entreprise, de commerce et d’exploitation, ainsi que des réseaux commerciaux et gouvernementaux étendus, qui aideront grandement la société alors qu’elle continue à se concentrer sur la résolution de la situation actuelle en matière de permis et, en fin de compte, sur la mise en production du projet Salamanca.

Lire aussi:  Codere sera radié de la bourse à partir de lundi

Miranda, García-Legaz et Riaño sont tous liés au monde des affaires et de la politique et possèdent une grande expérience et un grand prestige, ce dont Berkeley veut profiter pour pour défendre sa position en Espagne. En effet, dans la note, il passe en revue la trajectoire des membres du Comité consultatif.

Miranda était PDG de Endesa et était jusqu’à récemment président de Acerinox. En outre, il reste membre du conseil d’administration de Brookfield Asset Managementl’un des plus grands fonds d’investissement du monde, ainsi que membre du conseil d’administration d’autres sociétés et institutions espagnoles. Il est également président honoraire de Eurelectricl’Association européenne de l’électricité, et l’APD (Association espagnole des directeurs).

Pour sa part, Jaime García-Legaz a été président et directeur général de Aena. C’était aussi Secrétaire d’État au commerce du gouvernement de 2011 à 2016 et a représenté l’Espagne au Conseil des ministres du commerce de l’Union européenne et au Conseil des ministres du G20.

Lire aussi:  Quels sont les secteurs les plus touchés par le renforcement des confinements à Shanghai ?

Miguel Riaño est associé directeur de Herbert Smith Freehills en Espagne, un cabinet spécialisé dans l’énergie, les infrastructures, les ressources naturelles, l’environnement et le droit public.

Rappelons que d’ici fin 2021, le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique. a rejeté l’autorisation de construction de l’usine de concentré d’uranium. comme une installation radioactive dans le projet Berkeley à Salamanque.

Depuis, l’entreprise a fait valoir que le gouvernement avait rejeté la demande NSC II « sans suivre une procédure légalement établie » et a estimé que le ministère de Teresa Ribera avait enfreint la réglementation sur les procédures administratives en Espagne, ainsi que le droit de Berkeley à se défendre, « ce qui impliquerait que la décision de rejet de la demande NSC II de l’entreprise n’est pas légal« .

Article précédentL’Ibex 35 se branche sur le secteur de l’électricité pour se consolider au-dessus de 8 000 points
Article suivantPush Gaming lance la mission Mystery – To The Moon