Accueil Jeux ATG s’oppose aux bonus, le PDG affirme qu’ils favorisent la dépendance au...

ATG s’oppose aux bonus, le PDG affirme qu’ils favorisent la dépendance au jeu.

557
0

La Suède a essayé de réformer son secteur des jeux d’argent et le fait de le développer tout en le rendant plus sûr pour les joueurs semble être un obstacle polarisant qui bloque le processus. Ceux qui se penchent davantage sur le côté commercial du problème suggèrent d’assouplir la réglementation pour permettre au marché de se développer. Cependant, il y a aussi ceux qui s’y opposent, car critiquer la croissance sans améliorer la prévention des dommages causés par le jeu n’est pas viable.

Assimiler les bonus à des biens périmés

Une publication sur le blog de la société ATG Gaming contient un message du PDG de l’opérateur de courses hippiques suédois, Hasse Lord Skarplöth. Selon une traduction du message, Skarplöth pense que les bonus sont « embarrassants », car ils donnent l’impression que le produit – dans ce cas, le jeu – n’a pas assez de mérites en soi.

Il a poursuivi en comparant cela à un « surplus de conserves périmées ». Il a même qualifié le fait d’offrir des bonus de « piège » et d' »idée stupide », commentant qu’ATG avait choisi d’essayer d’offrir des bonus il y a quelques années, et que non seulement ce n’était pas bien, car cela entraîne une « dépendance au jeu », mais que ce n’était pas non plus une stratégie réussie, car apparemment, elle n’a pas réussi à attirer de « nouveaux clients ».

Skarplöth a commenté qu’il n’est pas « possible de mettre des signes égaux entre être le plus grand et être le meilleur » car cela n’est « pas permis une seconde » si vous êtes le plus grand. Il affirme qu' »une offre de bonus, aussi banale soit-elle » peut être un déclencheur de rechute dans le jeu problématique pour les joueurs vulnérables, d’où « les bonus et le jeu durable ne fonctionnent pas du tout ».

Lire aussi:  Win Systems nomme Angelo Palmisano au poste de directeur de la stratégie.

Pour certains, cela semble créer une situation sans issue, en particulier pour ceux qui considèrent que les bonus sont essentiels pour attirer et retenir les clients. Comment l’entreprise peut-elle se développer si l’un de ses meilleurs outils d’attraction et de rétention n’est pas disponible ? C’est la question que posent les personnes qui ne sont pas d’accord avec M. Skarplöth.

La réforme du secteur des jeux suscite la controverse

Le Dr Nima Sanandaji est l’une de ces personnes, et il va même jusqu’à dire qu’en n’autorisant pas les bonus sur le marché réglementé, les joueurs se tournent vers le marché noir, ce qui à son tour est néfaste pour l’économie suédoise car cela se traduit par des recettes fiscales non réalisées.

Un rapport rédigé par le Dr. Sanandaji pour le compte de Branschföreningen för Onlinespel (BOS) – l’association suédoise de l’industrie des jeux en ligne – a été publié en mai de cette année. Dans ce document, M. Sanandaji explique que le fait de refuser des bonus aux consommateurs les plus fidèles et les plus enclins au jeu les conduit à quitter les plateformes réglementées pour jouer sur le marché noir, qui, par coïncidence, offre des bonus. Il y a lieu de penser que ces marchés sont encore plus dangereux pour les joueurs, car l’absence de réglementation signifie également l’absence des garanties exigées par les normes du secteur.

Cette discussion est très importante, car le gouvernement suédois a proposé une série de changements à la réglementation des jeux dans le pays, tous visant à rendre le marché suédois des jeux plus sûr et plus durable. Ses propositions comprennent l’élargissement de la juridiction et l’augmentation de l’influence de l’Autorité suédoise des jeux de hasard a des correctifs pour les matchs truqués, et bien plus encore, y compris l’interdiction des bonus.

Lire aussi:  ZITRO PRÉSENTERA SES DERNIÈRES INNOVATIONS À ICE LONDON 2023

Ce que les changements proposés signifient pour les entreprises, s’ils sont mis en œuvre sous leur forme actuelle en 2023, se résume à une réglementation plus stricte et à davantage de garanties pour les consommateurs, de sorte que les changements proposés sont définitivement plus axés sur les utilisateurs. ATG semble être d’accord avec cette voie, et l’entreprise soutient un marché plus centré sur l’utilisateur non seulement avec sa mise en œuvre auto-imposée de l’interdiction des bonus à l’avance.

Au début de cette année, ATG a signalé à Spelinspektionen – l’autorité suédoise de régulation des jeux – une déficience de deux semaines dans son programme d’auto-exclusion, l’option n’étant pas disponible pour certains joueurs entre le 13 et le 28 janvier en raison d’un problème technique.

ATG s’est vu infliger une amende de 2 millions de couronnes suédoises (environ 188 434 $ à l’époque) en conséquence. Bien que cette amende puisse sembler excessive puisque ATG a signalé elle-même le problème technique et que celui-ci n’a affecté qu’une partie spécifique de ses joueurs, le problème reste important pour le marché suédois, surtout si l’on garde à l’esprit que le mois dernier, le programme d’auto-exclusion suédois a atteint quatre-vingt mille inscriptions.

Article précédent« Combattre le dollar fort n’est pas facile » : toute action aura un prix
Article suivantCatena évalue de « multiples options » dans le cadre d’une révision de ses activités.