Accueil Business ACS, Vinci et Ferrovial, les mieux positionnés face à la hausse des...

ACS, Vinci et Ferrovial, les mieux positionnés face à la hausse des prix des matériaux

151
0

Dans un environnement dans lequel les matériaux de construction Le coût de la construction augmente, les matières premières se raréfient, la chaîne d’approvisionnement est perturbée et les coûts de l’énergie augmentent, autant de facteurs qui compriment les marges du secteur de la construction. sociétés de constructionTrois grandes entreprises bénéficient de cette situation en raison de leur profil commercial diversifié : ACS, Ferrovial et Vinci.

L’inflation, qui a également affecté les coûts de construction, a réduit la marges bénéficiaires Les marges bénéficiaires moyennes des activités de construction des plus grands entrepreneurs européens ne représentent qu’un pour cent des marges bénéficiaires moyennes des plus grands entrepreneurs européens. 4% ces dernières années, comme le rapporte Scope Ratings.

Rigel Patricia Scheller, responsable de l’équipe de notation des entreprises de Scope, dit que seules les actions avec des profils d’entreprise diversifiésqui comprennent la construction industrielle et les concessions, et qui ont des positions commerciales fortes, peuvent mieux résister à cette période de hausse des coûts.

« Alors que les marges bénéficiaires dans leur domaine principal – la construction – diminuent, ces entreprises ont axé leurs stratégies sur l’expansion du segment des concessions.de bénéficier de revenus récurrents et de marges plus élevées grâce à la gestion des infrastructures », explique-t-il.

En outre, il souligne que lLes grandes entreprises de construction ont tendance à être plus diversifiées en termes de segments et de zones géographiques. parce que leur taille plus importante peut créer des positions de négociation plus fortes et un meilleur accès aux matières premières, car ces types d’entreprises ont tendance à passer des commandes en gros. D’autre part, ils ont également tendance à être liés à des projets de plus longue durée, ce qui augmente le risque s’ils travaillent sur la base d’un prix fixe, avec des conséquences négatives possibles pour leur rentabilité.

Lire aussi:  La débâcle de Celsius se poursuit : 25 % de ses effectifs auraient été licenciés

« Les entreprises plus petites et géographiquement concentrées peuvent avoir plus de mal à gérer les hausses de prix. de matériaux de construction, non seulement du point de vue des coûts, mais aussi en raison des problèmes d’approvisionnement en matériaux essentiels », explique-t-il.

LE RÔLE DE LA RUSSIE

La Russie est un important producteur d’un certain nombre de métaux clés, tels que cuivre, aluminium, palladium, platine et nickel.qui sont essentiels dans la fabrication de l’acier inoxydable. L’invasion de l’Ukraine va, selon cet expert, aggraver la pénurie de matériaux de construction, et leur fabrication sera affectée par les coûts élevés de l’énergie et les pénuries de main-d’œuvre.

« La hausse des prix de l’énergie affectera en particulier la production de ciment, car plus de 50 % du coût du ciment est directement ou indirectement lié aux prix du pétrole brut », dit-il.

Il reprend également les données de l’Office fédéral allemand de la statistique (Destatis), qui soulignent que le prix des barres d’acier renforcé a augmenté de 53,2 % en moyenne annuelle en 2021, tandis que le goudron, utilisé dans la construction de routes, de bâtiments et de fondations, a augmenté de 36,1 %. Les prix à la production des panneaux d’isolation en plastique, tels que le polystyrène, ont augmenté de 20,7 % ; le prix des produits chimiques a également augmenté.

Comme mentionné ci-dessus, Rigel Patricia Scheller fait remarquer que. les prix de l’énergie auront un impactsurtout, dans les entreprises de construction ayant des contrats à prix fixe. « Les clients – y compris les institutions publiques – sont également préoccupés par la forte hausse du prix des matériaux, qui a entraîné des retards dans la réalisation des travaux publics, des arrêts ou parfois même des annulations de contrats. L’augmentation du coût des matériaux a également entraîné une vague croissante d’appels d’offres insatisfaisants », dit-il. Au final, au lendemain de la pandémie, cela se traduit par une difficulté à mettre en œuvre certains éléments du financement européen. « Plus de 500 projets d’une valeur de 230 millions d’euros ont été abandonnés. en raison de la hausse des prix en Espagne, selon un récent rapport de la Confédération nationale espagnole de la construction (CNC) », explique-t-il.

Lire aussi:  La BCE procède à une hausse historique des taux d'intérêt de 75 points de base et promet davantage

« Toutefois, à moyen terme, la guerre en Ukraine pourrait conduire à une utilisation plus intensive des fonds européens, notamment pour sécuriser les approvisionnements en énergie. Les entreprises de construction pourraient bénéficier de ces ressources, en particulier celles qui se concentrent sur les projets de construction liés à l’initiative « Net Zéro », qui pourraient être mieux placées pour remporter de futurs appels d’offres », précise-t-il.

Le secteur de la construction a été l’un des plus rapides à se remettre du coronavirus. Dès le second semestre 2020, elle a dépassé ses niveaux de production pré-pandémique.avec une demande constante de matériaux conduisant à une pénurie mondiale de matières premières. La forte demande mondiale en général, associée aux problèmes de transport, a entraîné une forte hausse des prix.

Article précédentBullard propulse le dollar à son plus haut niveau depuis 20 ans face au yen, et reste dynamique face à l’euro.
Article suivantGrayscale est convaincu que la SEC approuvera un ETF spot bitcoin