Logo Chatborgne

Des proches craignent pour un Français détenu en Iran pour "espionnage"

8 janvier 2022

Des proches craignent pour un Français détenu en Iran pour "espionnage"

Il y a près de deux ans, Benjamin Brière était accusé d'espionnage alors qu'il visitait l'Iran en vacances et emprisonné dans le nord-est du pays. Depuis lors, le Français est détenu sans date de procès. Samedi, une manifestation de solidarité avec Brière a eu lieu à Paris. Sa sœur s'est confiée à FRANCE 24.

"Nous voulons montrer que Benjamin Brière existe, qu'il n'est pas qu'un otage passif attendant que quelque chose se passe", a confié à FRANCE 24 sa sœur Blandine Brière, 31 ans. Les proches de Benjamin Brière sont consumés d'inquiétude et d'impuissance depuis il a été détenu en Iran en mai 2020. La manifestation, le samedi 8 janvier, place du Trocadéro, à Paris, est une manière de lui montrer son soutien, et ils espèrent qu'elle conduira à sa libération de prison. "Il n'y a aucune raison valable de le garder où il est", a déclaré Blandine. "C'est un emprisonnement injustifié."

Benjamin Brière, 36 ans, a commencé à parcourir l'Iran en van, espérant explorer les routes du pays comme il l'avait fait lors de voyages similaires en Scandinavie, dans les Balkans et en Turquie. Le voyage, qu'il documentait via Instagram, s'est brutalement arrêté en mai 2020 lorsqu'il a été arrêté par les forces de sécurité iraniennes dans une zone déserte près de la frontière avec le Turkménistan.

Ils l'ont accusé d'avoir « pris des photos dans une zone interdite », d'avoir utilisé un drone récréatif dans un parc naturel et d'avoir utilisé une publication sur les réseaux sociaux pour remettre en question les lois iraniennes qui rendent le port du hijab obligatoire pour les femmes.

Au moment où Brière avait été escorté à la prison de Vakilabad à Mashhad, dans le nord-est de l'Iran, les accusations avaient dégénéré en charges d'« espionnage » et de « propagande » contre la République islamique d'Iran. S'il est reconnu coupable par les tribunaux iraniens, Brière encourt des années de prison voire la peine de mort. Vingt mois après sa détention, les procédures judiciaires n'ont toujours pas commencé.

« Son cas n'a jamais été renvoyé devant les tribunaux. Il y a juste ces deux accusations qui ont été communiquées à son avocat », a déclaré sa sœur.

L'avocat de Brière est Saeid Dehghan, qui représente également Fariba Adelkhah, une universitaire franco-iranienne détenue en Iran depuis 2019. Dans un Tweet du 27 décembre 2021, Dehghan écrit : « Pourquoi le tribunal révolutionnaire de Mashhad attend-il d'enquêter sur les accusations politiques contre Benjamin ? Brière, qui est maintenant détenu depuis 570 jours ?

"Nous n'avons aucun dossier et aucune clarté", a déclaré sa sœur. Pour elle, son frère est « un otage, détenu par les autorités iraniennes ».

"C'est traumatisant"

"C'était juste un touriste, et rien ne peut justifier le fait qu'il ait passé autant de temps en prison sans raison et avec si peu de contacts avec sa famille, a ajouté Brière.

Elle a des nouvelles de son frère toutes les trois semaines environ, tant que les gardes de service y consentent. "C'est une bataille constante", a-t-elle déclaré. Lorsqu'il est autorisé à passer des appels téléphoniques, les conversations de Benjamin sont enregistrées et traduites en persan, ce qui l'empêche de parler ouvertement de la réalité de sa vie en prison.

Parfois, tout contact est simplement refusé. Des lettres entre Benjamin et ses proches n'ont pas été livrées et lorsque les autorités pénitentiaires ont refusé de le laisser parler à sa famille à Noël et au Nouvel An, Benjamin a entamé une grève de la faim pour protester contre les conditions de son emprisonnement.

« Parfois, ils le laissent passer un appel téléphonique, parfois non. Il n'y a personne avec lui qui parle français ou anglais, il doit donc se battre tous les jours juste pour communiquer », a déclaré Brière.

Des représentants de l'ambassade de France en Iran ont pu rendre visite à Benjamin en prison (selon les conditions convenues dans la Convention de Vienne de 1963) et ont confirmé qu'il ne présentait aucun signe de mauvais traitements physiques, mais sa famille s'inquiète pour sa santé mentale.

Depuis près de deux ans, il vit dans la peur de subir le même sort que les autres détenus condamnés à mort. « Il entend et comprend ce qui se passe autour de lui. Il vit dans une situation terrifiante et c'est traumatisant », a déclaré sa sœur.

Sa famille et l'avocat Dehghan ont travaillé avec l'ambassade en Iran et un avocat en France pour tenter de pousser le gouvernement français à trouver une solution diplomatique. En mai dernier, Blandine Brière a écrit une lettre ouverte au président Emmanuel Macron, lui demandant « d'utiliser tous les moyens diplomatiques possibles pour assurer [Benjamin’s] Libération". Il n'a reçu aucune réponse.

Elle pense que le ministère français des Affaires étrangères hésite à prononcer une condamnation officielle. « Il fait ce qu'il peut dans les limites de ce qui est possible pour Benjamin, je le sais. C'est juste que pour nous, après 20 mois, cela ne suffit pas.

« Nous voulons crier aussi fort que possible »

Il y a plus d'une douzaine d'autres détenus avec des passeports occidentaux actuellement emprisonnés en Iran, bien que la plupart aient la double nationalité. Benjamin Brière est le seul détenu occidental connu à ne pas avoir de passeport iranien.

Des ONG ont accusé l'Iran de piéger des ressortissants étrangers dans ses prisons comme une forme de « diplomatie des otages », ce qui signifie qu'ils peuvent être utilisés comme monnaie d'échange dans les négociations avec les puissances étrangères. Ces dernières années, l'Iran a accepté des échanges d'otages avec des pays dont la France.

Actuellement assignée à résidence, la Franco-iranienne Fariba Adelkhah a été initialement détenue en Iran en 2019 et condamnée en mai 2020 à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale. Lorsque son partenaire français, Roland Marchal, lui a rendu visite en Iran en 2019, il a également été arrêté et emprisonné.

Cependant, Marchal a été libéré en mars 2020, en même temps que la France libérait l'ingénieur iranien Jalal Rohollahnejad, que les États-Unis tentaient d'extrader pour avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran.

Face à une situation hors de son contrôle, Blandine Brière tente d'attirer de plus en plus l'attention sur la cause de son frère. "Nous voulons crier aussi fort que possible qu'il s'agit d'un malentendu", a-t-elle déclaré, réitérant que Benjamin était en Iran en tant que touriste, pas en tant qu'espion. « Il a utilisé un drone, mais nous parlons d'un drone qu'il a acheté en ligne pour 100 €. Cela ne justifie pas tout cela.

Parallèlement à la manifestation de samedi sur la place du Trocadéro, elle a lancé un pétition en ligne appelant à la liberté de Benjamin qui compte déjà plus de 45 000 signatures. Elle commence par une lettre, adressée une nouvelle fois au président français. Elle y répète son message et espère que quelqu'un entendra : « Mon frère Benjamin est détenu dans la prison de Vakilabad à Mashhad, dans le nord-est de l'Iran, depuis 20 mois… Il est détenu illégalement.

"Nous sommes désemparés", a déclaré Blandine à FRANCE 24. "Nous sommes des gens ordinaires qui demandons de l'aide à qui nous écoute."

Cet article a été traduit de l'original en français.

Jean Allard est un journaliste et rédacteur chevronné. Il est également le directeur de publication du journal Chatborgne.com. Passionné par les nouvelles technologies, Jean Allard est à l'avant-garde des innovations en matière de journalisme en ligne.
2021 - Copyright, TOUT DROITS Réservés
bookmarkcrosslistarrow-right