Logo Chatborgne

Le prophète de malheur français Houellebecq lance un thriller politique

7 janvier 2022

Le prophète de malheur français Houellebecq lance un thriller politique

Et il a un talent étrange pour capturer l'instant.

Son roman de 2015 « Soumission » sur un musulman qui remporte la présidence, qui puise dans les craintes de la droite concernant la montée de l'islam, est sorti le jour des attentats de Charlie Hebdo à Paris.

Son roman suivant, "Sérotonine", sur le sort des agriculteurs ruraux, est apparu juste au moment où la campagne française explosait avec les manifestations des "gilets jaunes".

Le nouveau livre semble tout aussi actuel. Il se déroule lors d'une élection en 2027 avec des personnages qui ressemblent clairement aux politiciens actuels, dont le président Emmanuel Macron, qui fait face à une dure bataille pour sa réélection dans la vraie vie en avril.

Mais l'objectif du roman s'avère finalement plus personnel, alors que le narrateur aborde ses relations avec un père mourant et une femme séparée.

Houellebecq lui-même, qui cultive l'image d'un réactionnaire dépressif, rejette toute grande intention dans son travail.

"Au fond, je ne suis qu'une pute. J'écris pour les applaudissements. Pas pour l'argent, mais pour être aimé, admiré", a-t-il déclaré au journal Le Monde la semaine dernière, entre plusieurs verres de vin blanc.

« Vieux oncle acariâtre »

Les traces inhabituelles d'amour et même d'espoir dans le nouveau livre suggèrent que le fumeur de chaîne d'une soixantaine d'années, qui s'est marié pour la troisième fois en secret en 2018, pourrait s'adoucir légèrement avec l'âge.

"Il n'y a pas besoin de célébrer le mal pour être un bon écrivain", a-t-il déclaré au Monde.

Mais il y a encore beaucoup de vitriol misogyne et xénophobe familier de ses personnages, aux côtés de diatribes sur le déclin spirituel et culturel de la France.

Pour de nombreux critiques, c'est trop.

« De jeune écrivain très lucide sur la société, Houellebecq est devenu une sorte de vieil oncle acariâtre complètement dépassé par son temps », écrit le magazine de gauche Les Inrockuptibles.

Mais de nombreux autres critiques, à travers l'éventail politique, ont été pleins d'éloges.

Le Monde s'est engouffré sur "des instants fugaces, au milieu de la solitude et de la déréliction, qui font pleurer".

Houellebecq était un chouchou de la gauche dans les années 1990, lorsque ses récits sans compromis sur les laissés-pour-compte de la mondialisation et de la libération sexuelle dans des romans tels que "Atomisé" et "Plateforme" ont touché une corde sensible dans le monde entier.

Mais ces dernières années, ce même pessimisme (il l'a résumé comme « le suicide de la modernité ») s'est mieux adapté aux craintes de droite concernant le déclin de la nation, de l'église et de la famille – ainsi que la misogynie de « l'incel " les hommes, qui reprochent à l'égalité des sexes de les laisser sans sexe.

En 2020, il a publié un livre d'essais faisant l'éloge de l'écrivain Eric Zemmour, désormais candidat d'extrême droite à la présidence qui a des opinions divergentes contre les migrants.

(AFP)

Jean Allard est un journaliste et rédacteur chevronné. Il est également le directeur de publication du journal Chatborgne.com. Passionné par les nouvelles technologies, Jean Allard est à l'avant-garde des innovations en matière de journalisme en ligne.
2021 - Copyright, TOUT DROITS Réservés
bookmarkcrosslistarrow-right