Accueil Santé & Bien-être Monkeypox | L’Espagne détecte déjà plus de négatifs que de positifs

Monkeypox | L’Espagne détecte déjà plus de négatifs que de positifs

716
0

La Ministre de la Santé, Carolina Darias, a assuré ce mardi, à l’entrée de la séance plénière du Sénat, que L’Espagne détecte déjà plus de cas négatifs de la virus du singe qui est positifIl s’attend donc à ce que « cette tendance » se poursuive.

Actuellement 51 personnes ont été diagnostiquées avec cette maladie.Le ministre de la Santé a expliqué que 35 d’entre eux ont été testés négatifs et deux sont en attente d’un nouveau test, dont 20 ont été diagnostiqués par séquençage et les autres par PCR.

« Il fait l’objet d’un suivi. La surveillance a bien fonctionné et les services des communautés autonomes font un très bon travail.. De plus, les échantillons arrivent progressivement », a souligné M. Darias, qui a rappelé au public que en Espagne, l’isolement des cas positifs est déjà recommandépas de contact avec les animaux domestiques et minimisation des contacts physiques pour éviter l’infection.

Pour sa part, le directeur du Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires, Fernando Simón, a fait mardi une déclaration sur la appellent à la prudence avec le la variole du singe et a insisté sur le fait que la priorité est de « découvrir ce qui s’est passé ». et de détecter tous les mécanismes de transmission du virus qui en est la cause.

C’est ainsi que M. Simón a répondu à une question sur les priorités des autorités sanitaires face à l’épidémie de variole du singe qui se propage déjà dans plusieurs pays, lors de la table ronde intitulée « Les menaces biologiques en Espagne », organisée par le groupe parlementaire populaire au Congrès.

« La priorité est de savoir ce qui se passe réellement : nous devons disposer d’informations épidémiologiques sur nos propres cas et ceux des autres pays.et essayer de bien identifier tous les mécanismes et les lignes de transmission qui ont été établis et ensuite, bien sûr, traiter, gérer et prendre en charge les patients.

Lire aussi:  La Catalogne augmente les transplantations d'organes de 27 % et bat tous ses records

En ce qui concerne la première, le responsable des alertes sanitaires a précisé que, si plusieurs hypothèses sont envisagées quant à l’origine et aux points de plus grand risque de transmission, cela n’implique pas qu’elles soient les seules. « Il y a des cas où ont été dans les îles Canaries et d’autres à Madrid, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres« , a-t-il souligné.

Quant aux patients, la gestion des risques consiste à les isoler, « guère plus ».et les précautions qu’ils doivent prendre, comme ne pas partager les vêtements, les verres et les assiettes, et d’autres mesures qui ont déjà été publiées dans des documents tels que le Protocole pour la détection, le dépistage et la gestion des cas, élaboré par les techniciens du ministère de la Santé et des communautés.

« Nous avons besoin d’informations »

« En ce moment même il n’y a aucun problème qui nécessite une grande connaissance ou une grande fanfare.Pour l’instant, nous avons besoin d’informations et nous laissons les équipes travailler et enquêter pour savoir ce qui se passe », a-t-il réaffirmé.

« Nous pouvons faire des films de tout ce que nous voulons, nous ne pourrons jamais éliminer à cent pour cent une hypothèse. » Toutefois, selon l’expert, toute voie de propagation autre que la voie naturelle est  » peu probable « .

Ceci est corroboré par le fait qu’au cours des dernières années, il n’y a eu que deux épisodes de cas importés, principalement au Royaume-Uni, ainsi que des épidémies qui « ne sont pas importantes mais pas excessivement petites » dans certains pays d’Afrique occidentale et centrale.

« Nous ne devons pas prendre les choses hors de proportion », a déclaré M. Simón, avant d’insister sur le fait que « maintenant, nous devons nous informer, avancer dans les enquêtes qui sont menées et que les équipes de santé publique puissent calmement faire leur travail le plus rapidement possible pour savoir ce qui s’est passé et, à partir de là, donner plus de détails ». En attendant, nous devons être un peu prudents », a-t-il conclu.

Lire aussi:  La majorité du Congrès rejette une fois de plus la proposition de Ciudadanos de supprimer le masque à l'intérieur.

Lors de son intervention à la table ronde, l’épidémiologiste a évoqué la difficulté d’identifier les risques biologiques : « Détecter qu’un bouton est une première vésicule de la variole du singe est presque impossible même pour le meilleur médecin, car en Europe, pratiquement personne n’avait jamais vu un cas auparavant », a-t-il donné comme exemple.

Cela rend la réponse « pas si facile et pas si rapide, ce qui signifie que nous allons agir plus tard que nous le souhaiterions » et, sur ce, « il n’y a pas grand-chose à faire ».

« Heureusement », nous avons de meilleurs systèmes de surveillance et de santé.Nous disposons de meilleurs systèmes de surveillance et de santé, d’un meilleur accès à ces derniers, d’une population ayant une couverture vaccinale élevée et d’une capacité de recherche « énorme ».

Pour citer un exemple, en 1918, 50 millions de personnes sont mortes de la « mal nommée grippe espagnole » pour une population mondiale de 1,5 milliard ; en deux ans de covid-19, 6,2 millions de personnes sont mortes sur plus de 7,9 milliards.

« Lors de la prochaine pandémie, prédit-il, l’impact sera probablement moindre, mais j’espère pour nous que la perception du risque par la population sera égale ou supérieure, sinon nous nous reposerons sur nos lauriers. « Nous avons appris et changé beaucoup de choses en 100 ans, mais nous devons continuer à nous améliorer et à exiger de nos concitoyens qu’ils nous poussent à faire toujours mieux », a-t-il conclu.

Article précédentFinale de l’UEFA Conference League : Cinq joueurs de l’AS Roma à surveiller contre Feyenoord
Article suivantOù se déroule la finale de la Ligue des champions : le Stade de France et la région parisienne se préparent pour Liverpool contre le Real Madrid