Accueil Santé & Bien-être Un guide pour aider les familles à faire face aux enfants victimes...

Un guide pour aider les familles à faire face aux enfants victimes d’abus sexuels

640
0

Le site Hôpital du Vall d’Hebron à Barcelone a rédigé un guide pour aider les familles à savoir comment réagir et agir lorsqu’un enfant les informe qu’il a souffert de la violence sexuelle. Le guide, rédigé par l’Unité d’attention à la violence contre les enfants et les adolescents du Centre et publié en format numérique pour faciliter sa diffusion, met l’accent sur la nécessité de donner de la crédibilité le compte de l’enfant, l’accompagner dans vos besoins et le protéger de l’agresseur. Cette unité, de référence à Barcelone, a assisté l’année dernière 304 cas, 250 d’entre eux pour des violences sexuelles.

« Le guide repose sur trois piliers : donner de la crédibilité au mineur, le protéger – c’est-à-dire ne pas lui permettre de reprendre contact avec l’agresseur présumé – et l’accompagner émotionnellement », souligne la coordinatrice de l’unité, Anna Fàbregas, dans la présentation du guide. Fàbregas recommande éviter les questions du type « pourquoi n’avez-vous pas demandé de l’aide avant ? » ou « pourquoi ne vous êtes-vous pas enfui ? ». En outre, il recommande de « renforcer le courage » de l’enfant et de « ne pas le faire culpabiliser ».

Selon les données du Conseil de l’Europe, un enfant ou un adolescent sur cinq est victime de violences sexuelles. Les experts estiment qu’entre 80 et 85 % des agressions sexuelles sont commises à domicile. Environnement de confiance de l’enfant et 60% au sein de la famille. Les experts affirment qu’il existe un « sous-diagnostic » des cas d’abus sexuels dans l’enfance. L’unité de Vall d’Hebron reçoit de plus en plus de cas chaque mois, mais les experts pensent qu’il ne s’agit que de… « le sommet de l’iceberg ».

Lire aussi:  Nouvelle variante "cauchemardesque" du covid : arrive de Singapour

« Choc émotionnel »

« Face à la révélation par un fils ou une fille qu’il ou elle a été victime de violence sexuelle, il est normal que les parents souffrent d’un choc émotionnel. choc émotionnel qui les fait se sentir bloqués, ne sachant pas quoi dire ou quoi faire. Ce guide a pour but de fournir des conseils et de résoudre les doutes qui sont souvent soulevés », explique M. Fàbregas.

Ainsi, le guide vise avant tout à « aider les parents », selon la psychologue clinicienne et co-auteur, Mireia Forner. Entre autres choses, parce que les mineurs qui ont subi des violences sexuelles ont tendance à présenter une « un mélange de sentiments », comme la culpabilité, la honte, la colère et la peur.

Lire aussi:  Combien de cas de monkeypox y a-t-il en Espagne et où ?

Selon elle, entre 30 % et 35 % des mineurs qui subissent des violences sexuelles présentent des séquelles à moyen et long terme, et c’est pourquoi un bon soutien émotionnel est un facteur de protection.

« Nous ne pouvons pas prétendre que cela ne s’est pas produit, mais il n’est pas bon de continuer à poser des questions sur les faits. Il est nécessaire de trouver un équilibre, être présent, écouter, accompagner et répondre aux besoins ».dit Forner. L’un des principaux doutes des parents est de savoir s’il faut ou non en parler à leur enfant.

Jusqu’à présent, il n’existait pas de guide de ce type au niveau clinique. « Lorsque les familles viennent au centre de santé, elles sont dans une situation très difficile. situation très vulnérable et sensible. Ils arrivent dans un état d’angoisse, avec beaucoup de souffrance et d’inquiétude, voire dans certains cas avec un stress post-traumatique », précise M. Fàbregas. Ainsi, le guide permet de revoir et relire à la maison les conseils donnés dans la salle de consultation.

Article précédentHeadsUp et Emirates dessinent un accord de partenariat opérationnel conclu
Article suivantCinq façons de prendre la température des marchés pour réussir ses investissements d’automne