Accueil Business Retour à l’achat de croissance ? JP Morgan pense que ce n’est...

Retour à l’achat de croissance ? JP Morgan pense que ce n’est pas encore le moment pour ces raisons.

108
0

Les secteurs de croissance une opportunité ? C’est la question que se posent de nombreux investisseurs, et une question que l’on peut se poser. JP Morgan tente d’apporter une réponse dans son dernier rapport sur la stratégie en matière d’actions. Comme l’expliquent les experts de la banque, « peut-être pas si les rendements continuent d’augmenter et que les bénéfices stagnent ». En fait, ils soulignent que, selon eux, ils sont toujours Les experts de la banque expliquent : « peut-être pas si les rendements continuent d’augmenter et que les bénéfices stagnent ».et donne ces quatre raisons pour argumenter cette position.

 » Depuis septembre 2021, le leadership devient plus cyclique. Les secteurs qui ont le plus augmenté au cours des six derniers mois, et de loin, sont ceux qui ont été les plus importants. banques et le énergie. En revanche, plusieurs secteurs de croissance/qualité ont connu une période de faiblesse significative », notent les analystes. Toutefois, cela ne signifie pas que les investisseurs doivent recommencer à acheter de la croissance.

Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est ainsi que JP Morgan l’explique :

1. depuis septembre dernier, les banques et l’énergie ont surperformé la technologie de plus de 35%.. « La technologie non rentable est en baisse de 30% par rapport aux sommets, la technologie financière est en baisse de 40% et les FAANGs sont également à la traîne », rappellent les experts de la banque. Pourtant, « ces zones sont loin d’être déprimées ». « Dans un contexte pluriannuel, la croissance se négocie toujours près des records », c’est donc la première raison de ne pas acheter ces actions.

Lire aussi:  Voyager Digital suspend toutes les transactions, dépôts et retraits.

2. Avec l’affaiblissement des valeurs de croissance au cours des derniers mois, elles ont baissé, mais ne sont pas encore totalement bon marché. « D’autre part, les valeurs financières et les matières premières, en particulier, ont fortement rebondi, mais elles sont loin d’être chères, surtout par rapport aux prix des matières premières sous-jacentes et par rapport à l’ampleur de la… les éventuelles modifications de taux par les banques centrales.« JP Morgan argumente.

3. Il est possible que les bénéfices dans les secteurs de croissance cessent d’être exceptionnels. Une autre raison de ne pas se jeter sur la croissance est que les bénéfices de certains secteurs de valeur « rebondissent, et les inquiétudes concernant le maintien d’un niveau élevé et de la visibilité des bénéfices du secteur de la croissance sur le marché des actions pourraient augmenter », indiquent les experts de la banque.

4. Le principal moteur reste l’orientation des rendements obligataires. Enfin, JP Morgan explique qu’au cours des dix dernières années, le style « croissance » a bénéficié de taux réels négatifs et de faibles rendements obligataires, se revalorisant par rapport aux secteurs « valeur ». « Si les rendements obligataires affichent une hausse plus persistante, alors que les banques centrales connaissent une série de hausses de taux et que l’offre et la demande d’obligations évoluent, alors l’importante prime de valorisation dont bénéficient les secteurs de croissance par rapport aux secteurs de valeur continuera de se réduire ». Après tout, notent ces analystes, « les valeurs de croissance se négocient toujours à un ratio cours/bénéfice au moins deux fois supérieur à celui des valeurs de rendement ».

Lire aussi:  Emirates Telecom achète une participation de près de 10% dans Vodafone

OÙ INVESTIR ?

Ainsi, de nombreux investisseurs se demanderont où il est conseillé d’investir en ce moment. Depuis le mois d’août dernier, JP Morgan recommande que les portefeuilles deviennent « plus cycliques ».Les conseils de la banque sur les matières premières ont été améliorés. En outre, les experts de la banque maintiennent une « vision haussière » sur le secteur financier. « Bien que la géopolitique puisse s’enflammer, nous ne nous attendons pas à ce que cela dure et appelons à un retour de l’appétit pour le risque au printemps.

« Nous pensons qu’il faut aller au-delà des appels généralisés à un « ralentissement » qui sont actuellement lancés, et qu’il convient d’adopter une approche plus globale. restent optimistes en ce qui concerne les banques, les mines, l’énergie, l’assurance, les automobiles, les voyages et les télécommunications.« , disent les stratèges de la banque américaine. La performance du marché tout au long de l’année suit bien ces secteurs », disent-ils. Au niveau régional, soulignent-ils, ce type de leadership sectoriel appelle à une certaine convergence, et ils maintiennent donc leur conseil de surpondérer l’Europe par rapport aux États-Unis..

Article précédentLigue 1 : Kylian Mbappé permet au PSG de retrouver le chemin de la victoire contre Saint-Etienne
Article suivantLes agences de notation ont rétrogradé la Russie à la catégorie « junk » et l’ont mise en garde contre de nouvelles réductions de sa cote de crédit.