Accueil Finance L’inflation et les taux d’intérêt continuent de peser sur la chaîne d’approvisionnement...

L’inflation et les taux d’intérêt continuent de peser sur la chaîne d’approvisionnement mondiale

460
0

Le site chaînes d’approvisionnement ont subi des coups durs ces dernières années. La crise Covid-19 a été aggravée par le conflit en Ukraine et escalade de l’inflation en 2022 pour pousser la logistique mondiale à l’extrême et changer complètement notre perception de celle-ci. Plusieurs mois plus tard, la situation semble s’être normalisée, mais Citi prévient que L’inflation persistante et la forte hausse des taux d’intérêt dans le monde entier continueront d’exercer une pression sur l’économie mondiale. et ajouter de l’incertitude au commerce, qui représente 52 % du PIB mondial.

« Je pense que nous sommes d’accord pour dire que l’année dernière, ou même les dernières années, ont été compliquées. Cependant, nous sommes ici, dans un endroit plus proche de la normale », dit-il. Jane FraserPDG de Citigroup. Selon M. Fraser, le plus récent indice de pression de la chaîne d’approvisionnement mondiale de Citi montre que les niveaux globaux de « sont revenues à la normale avant la pandémie, mais les tensions sur la chaîne d’approvisionnement persistent avec la pression inflationniste et la hausse des taux d’intérêt dans de nombreux pays. ».

« La perturbation reste une priorité ».Il ajoute, en notant que l’enquête menée auprès de divers fournisseurs d’entreprises montre que plus de 50% pensent qu’elles resteront en place jusqu’en 2023. En outre, plus de 75 % reconnaissent avoir des problèmes de stocks et 42 % de ceux qui ont principalement des petits fournisseurs se sentent affectés par la hausse des taux d’intérêt.

« La pandémie, puis la guerre en Ukraine ont démontré la fragilité des chaînes d’approvisionnement », explique M. Fraser. Le PDG de Citi rappelle que « de nombreuses entreprises et clients ont souffert des conséquences de ces perturbations » et, par conséquent, « recherchent désormais la résilience partout où ils peuvent l’obtenir ». « Bien que la délocalisation et la quasi-délocalisation puissent sembler être les prochaines étapes, tant les acheteurs que les fournisseurs indiquent que la résilience ou la redondance au cœur de la chaîne d’approvisionnement est la priorité absolue.« , dit-il.

En ce sens, les experts du cabinet new-yorkais soulignent que, compte tenu des perspectives incertaines, tant les fournisseurs que les acheteurs se concentrent sur « renforcer et étendre » leurs chaînes d’approvisionnement physique pour contrer toute perturbation éventuelle.. « Les écosystèmes commerciaux restent fragmentés, et les plateformes innovantes peuvent jouer un rôle important dans la numérisation de la chaîne d’approvisionnement physique et l’amélioration de l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement financière », expliquent-ils.

Lire aussi:  Minsait Payments (Indra) accepte de racheter la fintech uruguayenne Totalnet

Une chaîne d’approvisionnement financière plus solide, soulignent-ils, se traduit par une chaîne d’approvisionnement physique plus robuste. « En renforçant les relations existantes avec les fournisseurs actuels et en offrant des incitations aux nouveaux, le financement de la chaîne d’approvisionnement joue également un rôle clé dans le renforcement de la résilience », ajoutent-ils.

Cependant, ils notent que le financement de la chaîne d’approvisionnement peut faire « encore plus » pour surmonter les nombreux défis qui touchent à la fois les fournisseurs et les entreprises ; par exemple, « aider à réduire la pression résultant de la nécessité pour une entreprise de détenir des niveaux élevés de stocksainsi que les dommages résultant de l’accélération de l’inflation et d’un environnement de taux plus élevés ».

Selon les données de Citi, 62 % des personnes interrogées indiquent qu’elles développent leurs réseaux de fournisseurs de second rang pour accroître la résilience de la chaîne, tandis que 41 % recherchent des financements plus tôt dans le cycle économique (au stade de la production, par exemple) et 34 % des délais plus longs pour produire des biens. En outre, 70 % d’entre eux reconnaissent avoir adopté les nouvelles technologies pour suivre leurs marchandises.

Les experts de Citi estiment que les chaînes d’approvisionnement devront passer par une un processus de reconfiguration majeur dans les années à venir.. Tout d’abord, grâce à la diversification des fournisseurs d’intrants clés pour éviter les pénuries et la dépendance excessive à l’égard d’une seule source. Deuxièmement, en le renforcement des relations existantes, qui nécessitera l’engagement de plus de capitaux au départ. tout en minimisant le risque de perte. En outre, ils soulignent numérisation et automatisation en temps réel comme un facteur clé dans ce processus de transformation.

Lire aussi:  Wall Street anticipe la prudence pour clôturer un mois de mai dominé par la volatilité

Ils soulignent également qu’il faudra une modification substantielle de la gestion des stocks. « Avant la pandémie, les entreprises employaient une stratégie d’inventaire « juste à temps ». qui cherchait à maintenir les stocks à un niveau bas pour conserver un processus de production rentable. pour conserver un processus de production rentable. En revanche, la gestion des stocks en juste-à-temps se concentre sur le fait de ne pas être en rupture de stock et l’apparition de pics de demande nécessite des stocks un peu plus importants.« , expliquent-ils.

En ce sens, ils rappellent que la pandémie a démontré « les avantages » de cette stratégie, car « de nombreuses entreprises n’étaient pas préparées à l’augmentation de la demande de biens qui a suivi les fermetures initiales ». « Bien qu’il soit peu probable qu’il soit abandonné complètement.les entreprises sont susceptibles de détenir des stocks plus importants qu’auparavant pour les composants difficiles à approvisionner », notent-ils.

En parallèle, le degré de délocalisation dans ce nouveau modèle « reste une inconnue ». et dépendra, selon Citi, « en grande partie des coûts de production relatifs » dans les différentes parties du monde. « La Chine et d’autres économies d’Asie de l’Est étaient une option rentable et nombre de ces réalités sont toujours d’actualité. Nous pensons qu’une partie de la production quittera l’Asie, mais que la région restera une source importante de fabrication mondiale », indiquent-ils, notant que les entreprises « sont susceptibles » de « s’appuyer davantage sur des plans d’urgence pour disposer d’options de secours en cas de rupture d’un segment de leur chaîne d’approvisionnement, ainsi que de détenir des stocks plus importants pour maintenir la production en cas de perturbations ».

Dans l’ensemble, ils notent que ce réalignement entraînera des coûts initiaux « importants ». « En fin de compte, la mesure dans laquelle les entreprises étudient ces questions et procèdent ensuite à des changements structurels dépendra de la manière dont elles évaluent les risques de perturbations matérielles dans les futures chaînes d’approvisionnement », concluent-ils.

Article précédentMauvaise passe pour les PDG : des démissions aux réductions de salaire
Article suivantOuverture des nominations pour les Game Developer Awards de CasinoBeats