Accueil Sports Les pronostics de la finale de la Ligue des champions : Salah...

Les pronostics de la finale de la Ligue des champions : Salah prend sa revanche sur le Real Madrid, Liverpool écarte la menace de Vinicius Jr.

88
0

Après 124 matchs, 379 buts et trois remontées audacieuses du Real Madrid, la fin est en vue. Samedi à 15 heures ET sur Paramount+ et CBS, deux des clubs les plus prestigieux de l’histoire du football européen – Madrid et Liverpool – s’affrontent à Paris pour déterminer le vainqueur de la Ligue des Champions.

C’est un choc riche en histoire récente, notamment la finale de 2018 et les quarts de finale de 2021, qui peuvent tous deux nous donner des indices sur la façon dont les choses vont se dérouler. Voici ce qu’il faut surveiller :

Konate permet à Alexander-Arnold de briller.

S’il y a une partie du terrain qui promet d’être décisive au Stade de France, c’est bien le couloir droit de Liverpool et les espaces occupés par Trent Alexander-Arnold. C’est à partir de cette position que l’équipe de Jurgen Klopp a gagné tant de matchs, mais il ne faut pas oublier que de temps en temps, son arrière droit laisse des trous dans la ligne arrière qui sont exploités de manière décisive par ses adversaires.

Lorsque ces deux équipes se sont rencontrées en quart de finale l’année dernière, Alexander-Arnold aurait pu faire mieux sur chacun des trois buts du Real Madrid à l’aller, deux marqués par Vinicius Junior et le dernier sur une tête mal jugée en direction de son gardien. C’était peut-être le point le plus bas que le jeune défenseur ait connu dans sa carrière jusqu’à présent, une de ces nuits où il est douloureusement évident pour un public mondial qu’il y a un joueur sur ce terrain qui est ciblé sans remords jusqu’à ce qu’il craque. La carte des passes de Madrid de cette nuit montre une série de longs ballons dirigés vers la droite de Liverpool, avec Ferland Mendy et Vinicius constamment à la réception.

Lire aussi:  Atletico Madrid - Manchester United : score et classement : Anthony Elanga, les Diables Rouges sauvent le nul en Ligue des Champions

Les choses ont changé l’année dernière. Alexander-Arnold s’est amélioré en tant que défenseur individuel cette saison et il ne fait aucun doute que les déficiences qu’il apporte à la défense de Liverpool sont plus que compensées par l’impact sur le jeu qu’il a à l’autre bout du terrain. De même, le Vinicius de ce soir-là, ce qui semblait être le moment où il s’est annoncé sur la scène principale, a été un spectacle fréquent dans les plus grandes occasions de cette saison. Un seul joueur est mieux classé qu’Alexander-Arnold en termes d’occasions créées, de passes décisives attendues et de passes décisives réelles en Ligue des champions cette saison. Il s’agit du jeune attaquant contre lequel il sera probablement opposé samedi soir.

Lire aussi:  Actualités des transferts en Serie A : Lukaku est de retour à l'Inter en prêt, Pogba va signer un contrat à long terme avec la Juventus, et plus encore.

Ce qui pourrait rendre la vie plus facile à Liverpool cette fois-ci, c’est que ce ne sera pas Nathaniel Phillips, un défenseur central décent jeté dans une tranchée des Mariannes footballistique par une série de blessures la saison dernière, sur l’épaule intérieure d’Alexander-Arnold, mais Ibrahima Konate. Au stade Alfredo Di Stefano, Phillips s’est retrouvé dans des situations difficiles pour couvrir les buts madrilènes, notamment l’ouverture du score de Vinicius sur une longue passe de l’inégalable Toni Kroos, et n’a pas pu s’en sortir. Il n’y a aucune garantie que Konaté soit capable de résoudre des problèmes similaires s’ils se présentent à lui, mais sa couverture dans les espaces derrière son arrière latéral s’est distinguée ces dernières semaines.

Alors que Chelsea cherche à exploiter l’espace derrière Alexander-Arnold, Konaté s’avance pour le couvrir.

Wyscout/ITV

Lors de la finale de la FA Cup, par exemple, il y a eu une demi-douzaine de moments comme celui ci-dessus. Alexander-Arnold s’était déplacé vers l’avant du terrain pour renforcer le nombre d’attaquants de Liverpool et Chelsea a tenté de l’exploiter avec des ballons rapides vers Christian Pulisic ou Mason Mount. En théorie, c’est une position assez dangereuse pour les Reds. Andrew Robertson sur le côté proche pourrait tout juste être en mesure d’aider Virgil van Dijk contre Romelu Lukaku en cas de besoin (discutable, je sais), mais la cavalerie pourrait ne pas arriver à temps.

Konaté semble avoir compris cela. Il ne s’est pas engagé dans des actions irréfléchies pour tenter d’arrêter le mouvement immédiatement ; son positionnement corporel est parfait pour la situation, encourageant Mount à descendre vers la ligne de touche tout en restant suffisamment proche pour que son adversaire puisse intervenir s’il tente de pousser le ballon devant lui. De même, la passe à Lukaku n’apparaît jamais vraiment comme une option. En fin de compte, ce qui semble être un moment dangereux ne devient rien du tout.

Konaté se maintient dans une position assez forte pour étouffer l’attaque de Chelsea.

Wyscout/ITV

Le jeune homme de 22 ans n’est pas sans faille à cet égard ; il y a eu des moments où Raul Jimenez lui a posé des difficultés lors de la dernière journée de la saison de Premier League. Ce serait une prédiction audacieuse que de supposer qu’il peut bloquer Vinicius chaque fois qu’il s’éloigne d’Alexander-Arnold. Mais il ne s’agit pas vraiment de cela pour Liverpool. Leur priorité n’est pas de verrouiller leur flanc droit défensivement, mais de s’assurer qu’il est bien gardé. suffisamment que l’un des meilleurs meneurs de jeu du monde puisse se concentrer sur ce qu’il fait de mieux en attaque. Si Konaté débute, ce qui n’est pas nécessairement garanti lorsque Joel Matip est l’alternative, mais qui reste le scénario le plus probable, alors Jurgen Klopp pourrait estimer que son point faible est suffisamment bien protégé.

Vous voulez encore plus de reportages sur le football mondial ? Écoutez ci-dessous et suivez ¡Qué Golazo ! A Daily CBS Soccer Podcast où nous vous emmenons au-delà du terrain et autour du globe pour des commentaires, des avant-premières, des récapitulations et bien plus encore.

Les longs ballons madrilènes ne fonctionnent pas aussi bien

Bien que le dernier match de Ligue des champions entre ces deux équipes semble donner des indices sur ce qui se passera à Paris, il y a quelques réserves à faire. D’une part, la défense de Liverpool sera radicalement différente, mais, bien sûr, il y a aussi un autre entraîneur dans le vestiaire madrilène. Dans quelle mesure Carlo Ancelotti cherchera-t-il à reproduire ce que son équipe a si bien fait sous Zinédine Zidane ? Il est difficile de le savoir, mais une chose est sûre : le vétéran italien est tellement libre d’ego qu’il ne sera pas instinctivement effrayé à l’idée de simplement répéter ce qui a fonctionné la dernière fois.

Il faut donc s’attendre à une reprise des longs ballons dévastateurs que les Madrilènes ont utilisés pour libérer leurs ailiers lors des quarts de finale de la saison dernière. Ces deux matchs ont vu Les Merengues tentent une plus grande proportion de passes longues que dans n’importe quel autre match qu’ils ont joué au cours des deux dernières saisons de Ligue des champions, 15,5 % au match aller (où ils étaient les plus efficaces) et 18 % au match retour. Ce deuxième chiffre est presque le double de la moyenne de cette équipe lors des matchs européens de 2020-21 et 2021-222.

Ils pourraient bien décréter cette approche en retournant leur milieu de terrain comme ils l’ont fait il y a un an. Pour Zidane, faire reculer Luka Modric et Toni Kroos alors que Casemiro poussait vers l’avant présentait deux avantages. Tout d’abord, lorsque le pressing de Liverpool arrivait, il était utile d’avoir ses deux joueurs les plus sûrs techniquement plus près de la zone dangereuse, prêts à reprendre les passes de leur défense ou à s’écarter d’un adversaire.

Mais c’était plus un avantage théorique qu’un avantage pratique. La pression n’est jamais vraiment venue sur Kroos et Modric, qui pouvaient respirer et envoyer des passes comme celles-ci à leurs arrières.

Après une interaction avec Casemiro et Modric, Kroos fait une passe flottante à Lucas Vazquez.

Wyscout/Sky Sport

Avec Casemiro très avancé, Modric envoie une passe à Ferland Mendy qui le dépasse.

Wyscout/Sky Sport

En avril 2021, Liverpool était à bout de souffle, physiquement et mentalement, et avait du mal à appliquer les principes de base que Klopp leur avait inculqués au cours des années précédentes. Si l’on prend cette deuxième image, ce n’est pas seulement que Modric a le temps de choisir une passe. Sadio Mané et Mohamed Salah ont tendance à être extrêmement efficaces lorsqu’ils effectuent leurs courses de pressing de manière à bloquer la sortie de balle vers l’arrière latéral proche, mais ici, le premier laisse la vanne de sortie vers la droite de Modric grande ouverte.

C’était en plein milieu de ce qui était une profonde accalmie dans la forme de Mane, inexplicable même pour lui. Pendant ce match, Naby Keita, souvent la soupape de pression la plus efficace de Liverpool au milieu de terrain, a eu tellement de mal qu’il n’a même pas atteint la mi-temps. C’était le genre de performance qui semblait sonner le glas de la carrière du Guinéen à Anfield. Mais, il a depuis répondu avec une campagne 2021-22 largement améliorée dans laquelle il a une moyenne de près de deux pressions réussies de plus par 90 minutes, en tête de l’équipe de Klopp dans cette catégorie. Pendant ce temps, Mane est passé du banc de Liverpool à l’étiquette de favori du Ballon d’Or. La machine s’est mise en marche. Ces joueurs sont de retour à leur meilleur niveau et beaucoup d’entre eux ont un point à prouver.

Salah prend sa revanche

Cette colonne n’aime rien de plus que de pontifier autour des ajustements tactiques ou de plonger profondément dans les mauvaises herbes des buts attendus. Mais bon sang, parfois il suffit de regarder un match et de se dire « oui, il va être à la hauteur ». Salah contre le Real Madrid ? C’est une certitude.

Pour ceux qui ne connaissent pas les circonstances qui ont conduit à l’animosité entre Salah et le club le plus titré d’Europe, il suffit de se replonger quatre ans en arrière, en finale de la Ligue des champions à Kiev. Un lancer au milieu du terrain par Alexander-Arnold pour que son coéquipier le poursuive et, pendant un moment, il semble que Salah soit loin de Sergio Ramos. Le capitaine madrilène ne le laissera pas s’échapper si facilement, bloquant son bras autour de son adversaire et le faisant tourner au sol.

Salah frappe le sol et Ramos aussi, le bras droit de l’attaquant de Liverpool étant replié dans le gauche. Il n’allait jamais être en mesure de continuer. À moins d’une demi-heure de la fin du match, le meilleur attaquant de Klopp a été contraint de sortir, les larmes aux yeux. Il ne reviendra pas et même s’il se battra contre la douleur pour participer à la Coupe du monde de cet été, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Il n’est pas étonnant qu’il ait qualifié ce match de « mission de vengeance » lors de la remise des prix de la Football Writers’ Association. Lui et ses coéquipiers de Liverpool « ont un compte à régler ».

On peut se demander si Salah est dans le bon état pour le faire. Après tout, les dernières semaines n’ont pas été clémentes pour l’Égyptien, son but en fin de match contre les Wolves le week-end dernier n’étant que la quatrième fois qu’il trouve le chemin des filets en 19 matchs depuis la finale de la Coupe EFL. Depuis son retour précipité de la Coupe d’Afrique des Nations – quatre jours après avoir perdu la finale, il est sorti du banc pour Liverpool contre Burnley – le rendement s’est tari.

Les chiffres sous-jacents, cependant, sont inchangés. En effet, ses buts attendus sans pénalité (xG) par 90 minutes de Premier League et de football européen ont en fait augmenté depuis son retour en février, passant de 0,63 à 0,66. Le nombre de ses passes décisives est passé de 0,17 à 0,3. C’est juste que le ballon ne va pas dans les filets en ce moment, ses buts ajoutés (une métrique qui évalue la précision avec laquelle un joueur a touché la cible) passant de 3,2 à -4,2.

Ce dernier chiffre indique une baisse de régime sans vraiment en déterminer la cause. Pour cela, on pourrait trouver une variété d’explications, certaines convaincantes (plus la sécheresse dure, plus Salah devient déterminé à y mettre fin, ce qui l’amène à saisir des occasions qu’il aurait normalement enterrées), d’autres moins (et si des fantômes avaient pris ses pouvoirs de tir ?). La seule chose dont on peut être sûr avec de telles dépressions, c’est qu’elles ont tendance à se terminer.

Il n’y a aucune raison de paniquer dans cette série froide devant le but. Il suffit de regarder Salah pour constater qu’il a l’air épuisé, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de sa charge de travail. La finale de la Ligue des champions sera son 60e match en club et en sélection cette saison et ses deux plus longues pauses en 2022 ont consisté à se rendre en Égypte pour préparer des rencontres internationales importantes. Il a juste besoin de temps pour récupérer. Samedi, il aura joué un peu plus d’une demi-heure de football en compétition en quinze jours. Pendant tout ce temps, il aura sûrement pensé à Madrid et à la vengeance.

Article précédentNouveaux sommets annuels pour l’Ibex 35
Article suivantL’action VICI attire des investissements importants pendant la baisse du marché