Accueil Santé & Bien-être Le pic de bronchiolite arrivera dans une semaine et les hôpitaux se...

Le pic de bronchiolite arrivera dans une semaine et les hôpitaux se préparent à une surcharge de travail

47
0

Les pédiatres estiment que les pic de la vague de bronchiolite qui se déroule à enfants (surtout chez les enfants de moins d’un an). vers le 29 novembre (mardi prochain). Cela peut être un peu plus tôt ou un peu plus tard. Les médecins demandent attention parce que ces prédictions sont évaluées avec par rapport aux données pré-pandémiques, car durant ces deux dernières années de covid-19, il n’y a eu pratiquement aucune… trace d’autres virus respiratoires. Actuellement, le urgences pédiatriques et ucis pédiatrique des hôpitaux catalans sont remplis d’enfants atteints de bronchiolite.

« Nous, en tant que Vall d’Hebron, nous collaborons avec les Groupe de biologie computationnelle et systèmes complexes (Biocomsc). de l’Universitat Politècnica de Catalunya (UPC), en analysant la les virus respiratoires syncytiaux (VRS), et le pic de la bronchiolite devrait atteindre la semaine prochaine, vers le 29 novembre », note-t-il Toni Soriano, pédiatre et épidémiologiste à l’hôpital Vall d’Hebron (Barcelone).

Dans les vagues antérieures à covid-19, le pic de l’épidémie a atteint à la mi-décembre car la vague a commencé plus tard que cette année, soit un mois plus tôt. Voir inconnu, cependant, quel sera le dimension du pic de bronchiolite cette année, c’est-à-dire le « plafond de l’affaire ». Selon Soriano, le incidence maximale les autres années, c’était 1 200 cas par jour. Mais la Catalogne connaît déjà, en ce moment, quelques « 1 200 ou 1 400 » cas par jour, sans avoir encore atteint le sommet.

« Nous sommes maintenant à ce chiffre, et Nous ne savons pas si elle va baisser ou monter. Les modèles mathématiques prédisent qu’elle augmentera et atteindra son maximum autour du 29 novembre, et nous ne savons pas quel sera le plafond de ce pic », dit le pédiatre. Il pense qu’il sera plus élevé qu’aujourd’hui parce que non seulement les « plus jeunes enfants, âgés de moins d’un an », mais aussi ceux qui ont jusqu’à trois ans, sont infectés. « C’est pourquoi le charge hospitalière [por bronquiolitis] pourrait être plus importante qu’avant la pandémie », dit-il.

Lire aussi:  Nouvelle variante "cauchemardesque" du covid : arrive de Singapour

Dans les hôpitaux tels que Sant Joan de Déu ou Sant Pau les médecins doublent leurs gardes depuis des jours pour faire face à cette vague de cas parmi la population pédiatrique. El Mar a renforcé les infirmières des urgences pédiatriques au cours du week-end. Vall d’Hebron a augmenté son personnel : ont été mis « renforts » dans les gardes. « L’hôpital est en train de préparer pour les jours et les semaines à venir. Le site surcharge est très important. Ce week-end, nous avons eu beaucoup de monde, il y avait une forte demande de soins dans le service des urgences », dit Soriano.

Ce site surcharge, selon le pédiatre, qui, avec une « fatigue » générale du personnel de santé, augmentera dans les jours à venir, surtout dans les régions de l’Est et de l’Ouest. les soins primaires et les urgences. « [Los contagios] augmentent de manière très, très significative, et s’écartent donc de ce que l’on pourrait attendre de toute autre année pré-pandémique », insiste-t-il.

Soriano lance un message de prévention : au cours des prochains jours et des quatre semaines, il est conseillé de « éviter autant que possible » les jeunes enfants entrant en contact avec des adultes ou des adolescents enrhumés. « Et il faut mettre l’accent sur l’hygiène des mains, les points forts.

Augmentation du nombre de lits

Le week-end dernier, nous avons continué augmentation de les cas de bronchiolite traités par la les urgences pédiatriques. Dans le Hôpital de la Santa Creu i Sant Pau (Barcelone) cette hausse n’a pas été aussi forte que prévu. Si le centre recevait environ 140 visites par jour pour la bronchiolite, ce week-end, il en recevait environ 150 par jour.

Lire aussi:  L'espérance de vie en bonne santé augmente là où l'investissement dans la santé est le plus élevé

« Ils doublent habituellement et cela ne s’est pas produit. Mais Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Il y a encore beaucoup de pression sur nous et je ne compterais pas nos bénédictions », dit-il. Xoán González, coordinateur des urgences pédiatriques à Sant Pau. Il pense que, au plus tard à la mi-décembre, le pic du VRS sera passé.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, Sant Pau a ouvert sept lits d’hôpital pédiatrique supplémentaires. Au total, ce centre de santé a ouvert 21 lits supplémentaires (entre l’étage semi-critique et l’étage normal) pour faire face à cette vague épidémique chez les jeunes enfants.

Dans le service des urgences pédiatriques de l Hôpital del Mar (Barcelone), qui ne dispose pas d’une unité de soins intensifs pédiatriques (contrairement à Sant Pau, Vall d’hebron ou Sant Joan de Déu), « enfant arrivant, enfant avec bronchiolite », selon les agents de santé du centre. Hier, dimanche, par exemple, il y avait 17 enfants, alors que normalement il y en a « huit ou, au maximum, dix ».

« Le soins infirmiers d’urgence pédiatrique sont renforcés pendant le week-end, mais pas pendant la semaine », affirment les infirmières. Ils disent qu’ils n’ont pas vu un un pic aussi élevé. « Nous sommes concernés, ne voulant pas aller en pédiatrie et craignant que quelque chose de grave n’arrive. Certains enfants arrivent très bas en oxygène », ils disent.

Article précédentMerlin Properties cherche à consolider ses récents gains à ces prix.
Article suivantSpringfield fait le saut dans le métavers et ouvre une boutique avec sa première collection numérique