Accueil Finance La question n’est plus de savoir si la BCE va relever ses...

La question n’est plus de savoir si la BCE va relever ses taux en juillet et en septembre, mais de combien.

622
0

Le moment est venu pour la Banque centrale européenne (BCE) de rejoindre les autres banques centrales du monde dans leur lutte contre l’inflation galopante (8 % dans la zone euro) en relevant ses taux. Le communiqué à l’issue de la réunion du superviseur monétaire de ce 9 juin définira la voie de la normalisation monétaire. et confirmera que les mesures à prendre, selon le consensus des analystes consultés par « Bolsamanía », seront celles prévues récemment par les membres du conseil d’administration de l’organisme. Un seul doute subsiste pour les experts : la banque centrale osera-t-elle La banque centrale osera-t-elle augmenter les taux de 50 points de base ou optera-t-elle pour des hausses de 0,25 % ??

La séquence attendue est la suivante. Juin verra la fin des achats d’obligations, « avec une extension possible de 5 milliards d’euros au cours de la première semaine de juillet », indique Barclays, mettant ainsi un terme à l’assouplissement quantitatif de la BCE. Les hausses des taux de dépôt interviendront en juillet et en septembre.. « Le communiqué de la BCE modifiera probablement sa formulation afin d’inclure une référence aux taux plus élevés et à son… Intention de sortir des taux d’intérêt négatifs d’ici la fin du troisième trimestre .« , déclarent Hugo Le Damany et François Cabau, économistes chez AXA Investment Managers. Un fait que le marché a déjà largement écarté. Par conséquent, « la véritable question qui se pose avant la réunion de cette semaine n’est pas de savoir si le Conseil des gouverneurs relèvera ou non les taux d’intérêt en juillet – la première hausse en dix ans – mais plutôt dans quelle mesure elle le fera« Les experts d’Ebury disent.

Marchés financiers considérer comme une certitude un mouvement d’au moins 25 points de base suite aux récentes déclarations de la présidente de la BCE, Christine Lagarde, avec deux hausses d’au moins un quart de point de pourcentage, de -0,5 % aujourd’hui à 0 % d’ici la fin de l’été. Le marché table sur des hausses de taux d’environ 120 points de base d’ici la fin de l’année, soit 25 points de base à chaque réunion de politique monétaire au second semestre, « avec une certaine probabilité que la BCE fasse plus que cela, étant donné la forte incertitude entourant l’inflation, qui reste élevée », déclare Konstantin Veit, gestionnaire de portefeuille chez PIMCO.

Lire aussi:  Les investisseurs internationaux et les familles contrôlent deux tiers des actions espagnoles.

« Cela rend presque certain d’une nouvelle révision à la hausse importante des projections trimestrielles d’inflation de la BCE.« , ajoute-t-il. « Nous nous attendons à ce que la prévision moyenne de l’inflation IPCH soit révisée à plus de 6% d’ici 2022 (contre 5,1%), avec de modestes révisions à la hausse possibles pour 2023 et 2024 », note Ebury.

De nombreux analystes n’excluent pas des hausses plus importantes en juillet et/ou septembre. « Le principal point d’interrogation est de savoir si le la prochaine hausse sera de 25 ou 50 points de baseet nous nous attendons à ce que la conférence de presse qui suivra la réunion soit directement axée sur ce point », déclare M. Ebury. Les analystes de Bank of America (BofA) sont favorables à un total de 150 points de base de hausse en 2022. « Bien que le chemin de chacun soit incertain, nous pensons qu’il pourrait y avoir un consensus pour un mouvement de 0,5% en juillet.qui sera suivi par le même en septembre. Ce qui se passe ensuite est encore plus incertain », poursuivent-ils. « Ils pourraient vouloir ralentir un peu le rythme avant de réévaluer les perspectives en décembre avec une nouvelle série de prévisions. Selon nous, cela signifie 25 points de base en octobre, puis, face à des perspectives beaucoup plus faibles dans l’exercice de prévision de décembre, 25 points de base supplémentaires », précisent-ils.

Barclays prévoit que nouvelles hausses au premier trimestre 2023 « portant le taux de dépôt à 0,75% ». « Nous prévoyons une pause par la suite sur la base du fait qu’au premier trimestre de 2023, l’inflation devrait être orientée à la baisse, avec des signes clairs que la zone euro est en phase de décélération », indiquent-ils.

Lire aussi:  M. Orbán qualifie l'embargo russe sur le pétrole de "bombe atomique contre l'économie hongroise".

Le contrepoint est fourni par Ben Laidler, stratège chez eToro, qui donne quatre raisons pour lesquelles. la banque centrale pourrait aller avec le frein à main sur et finissent par exécuter moins de randonnées que prévu. « L’Europe est plus proche de la récession que la plupart des autres pays : l’inflation du côté de l’offre est plus compliquée ; le bilan de 9 300 milliards de dollars de la BCE est plus important et équivaut à 66 % du PIB ; enfin, le risque de fragmentation est élevé, la dette nationale et les rendements obligataires se situant à des niveaux très différents », affirme-t-il.

RISQUES DE FRAGMENTATION

D’autre part, « alors que la BCE continuera à souligner qu’elle surveille de près la transmission de la politique monétaire entre les juridictions au fur et à mesure qu’elle normalise sa politique, nous ne pensons pas qu’elle présentera un cadre ou un mécanisme pour aborder les problèmes potentiels de fragmentation dans un avenir proche.« Veit croit.

« Au contraire, et dans la lignée du passé, nous pensons que la BCE préférera répondre aux grands chocs exogènes par des solutions sur mesure.ce qui indique un risque que les marchés testent la volonté de la BCE de neutraliser toute réponse non linéaire du marché qui pourrait résulter de la hausse des taux », poursuit-il. Ainsi, l’expert de Pimco pense que la BCE augmentera le taux de la facilité de dépôt, ainsi que le taux de refinancement principal du même montant, tout en laissant le corridor de taux d’intérêt inchangé, car un resserrement du corridor réduirait le système d’incitation intégré dans les opérations actuelles de refinancement à long terme et découragerait l’activité du marché monétaire en général ».

La BCE ne devrait pas donner de nouvelles sur un instrument visant à empêcher la fragmentation du marché au sein de la zone euro, mais la pression sur cette question pourrait s’accroître au fur et à mesure que le cycle de resserrement politique se met en place, selon AXA IM.

Article précédentLe nouveau service en nuage Salesforce NFTs permet de créer des jetons uniques
Article suivantLa dématérialisation signifie une augmentation des dépenses dans les casinos, mais tous les joueurs ne le souhaitent pas.