Accueil Santé & Bien-être Il s’agit du masque anti-covide espagnol qui avertit lorsque les limites de...

Il s’agit du masque anti-covide espagnol qui avertit lorsque les limites de Co2 sont dépassées.

203
0

Des scientifiques et des ingénieurs de l Université de Grenade (UGR) ont développé et évalué un masque intelligent FFP2 qui alerte l’utilisateur via son téléphone portable lorsque les limites de dioxyde de carbone (CO2) autorisées à l’intérieur sont dépassées.

Cette percée scientifique résout un problème depuis le début de la pandémiele CO2 que les citoyens inhalent dans leurs masques. Lorsque des masques de type FFP2 sont portés, la concentration de CO2 entre le visage et le masque est supérieure à la concentration ambiante en raison du gaz expiré pendant la respiration, dont la réinspiration entraîne des effets néfastes sur la santé, même chez les personnes en bonne santé, tels que malaise, maux de tête, fatigue, dyspnée, vertiges, transpiration, accélération du rythme cardiaque, faiblesse musculaire et somnolence.

« Depuis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une pandémie mondiale en raison de la propagation du COVID-19, l’utilisation universelle de masques faciaux a été recommandée ou imposée à la population générale dans le but de prévenir la propagation rapide du SRAS-CoV-2. En dépit des preuves largement répandues en faveur des masques faciaux pour réduire la transmission communautaire, tl existe également un large consensus sur les effets indésirables potentiels causés par leur utilisation prolongée, principalement en raison de l’augmentation de la résistance respiratoire et de la réinhalation de CO2. situé dans la région interne du masque », expliquent les auteurs de cette recherche.

Lire aussi:  L'Espagne abolit les quarantaines pour les asymptomatiques et les positifs légers à partir de lundi.

Le masque intelligent FFP2 conçu à l’UGR permet de déterminer en temps réel laal, à l’aide d’un téléphone portable, le dioxyde de carbone est réintroduit. Cette méthode représente, selon ses créateurs, une avancée significative en tant que système portable caractérisé par son faible coût, son évolutivité, sa fiabilité et son confort pour la surveillance de grandeurs d’intérêt pour la santé.

Ce travail, publié dans le la prestigieuse revue Nature Communications, a été réalisée par l’équipe de recherche multidisciplinaire ECsens entre les départements de chimie analytique et d’électronique et informatique de l’UGR, qui a développé un système de détection portable en temps réel et sans batterie pour la mesure du CO2 gazeux dans le volume intérieur du masque.

Capteurs dans le masque

Alors que les masques standard font simplement office de filtres à air pour les voies nasales et/ou orales, le L’intégration de capteurs pour mesurer les paramètres d’intérêt est considérée comme une valeur ajoutée pour améliorer leur utilisation et leur efficacité, créer un nouveau paradigme de masques intelligents.

 » Le système que nous proposons consiste à inclure, dans un masque FFP2 standard, de une étiquette flexible composée d’un capteur de CO2 opto-chimique. ainsi que toute l’électronique de traitement du signal. Les deux ont été imprimés sur un substrat polymère léger et flexible, formant ce qu’il appelle une ‘étiquette capteur’, sans causer de gêne pour l’utilisateur », notent les auteurs.

Lire aussi:  La santé ajoute 55 578 nouveaux cas de coronavirus et 234 décès à son décompte total

L’étiquette fabriquée n’utilise pas de piles, car elle est alimentée sans fil par la liaison de Communication NFC (celui utilisé pour le paiement sans fil, par exemple) à partir d’un smartphone via une application Android.

Une telle application est également utilisée pour le traitement des données.la gestion des alertes et la visualisation et l’échange des résultats. Les scientifiques de l’UGR ont effectué des tests préliminaires de ce masque intelligent avec des sujets, aussi bien en activité sédentaire que pendant un exercice physique.

« Nos résultats, qui vont dans le sens des essais cliniques précédents, donnent des valeurs de CO2 comprises entre deux pour cent pendant des activités sédentaires et des valeurs maximales de près de cinq pour cent pendant un exercice physique de haute intensité. Ces valeurs sont nettement supérieures à la gamme de CO2 que l’on trouve en atmosphère ouverte ou dans des environnements de travail typiques considérés comme sains », ajoutent-ils.

Article précédentL’Espagne dépasse les 10 millions d’infections par le covid
Article suivantLe Dollar Index rencontre le double fond sur le cent et s’oriente fortement à la baisse