Accueil Business De la confiance à l’incertitude : inversion de la tendance du crédit...

De la confiance à l’incertitude : inversion de la tendance du crédit à la consommation et au logement

95
0

Les institutions financières prévoient un certain resserrement des critères de prêt et une baisse de la demande, tant pour les prêts à la consommation que pour les prêts d’achat de maison, ce qui interromprait la tendance à la hausse qui a été enregistré ces derniers mois grâce à la confiance pour le rétablissement après la pandémie. Un scénario qui effacera le incertitude générée par les conséquences économiques de la guerre en Ukraine, selon les prévisions pour les prochains mois de la Commission européenne. Banque d’Espagne.

L’enquête de l’organisation sur les prêts bancaires montre que, pour le deuxième trimestre de l’année, les établissements espagnols interrogés prévoient une augmentation du nombre de prêts à accorder au cours du deuxième trimestre de 2010. un nouveau durcissement des critères de prêt et une légère baisse de la demande.Cette évolution serait largement influencée par l’incertitude accrue liée à l’impact potentiel de la guerre en Ukraine sur l’activité économique.

Quant à la crédit aux ménages pour l’achat d’un logementLa BCE s’attend toutefois à un certain durcissement des normes de prêt et à une baisse de la demande, ce qui interromprait la tendance à la hausse de ce segment au cours des quatre derniers trimestres.

Pendant ce temps, avec le crédit aux ménages pour la consommation et d’autres fins Les normes de prêt devraient se resserrer légèrement et anticiper une légère baisse de la demande.

Par rapport à l’évolution observée au premier trimestre 2022, les critères d’octroi des prêts aux sociétés non financières se sont modérément resserrés, en raison d’une augmentation de la demande de crédit. augmentation des risques perçus et une moindre tolérance à leur égard de la part des institutions financières. Le Banco de España explique que  » cela serait lié à un contexte de plus grande incertitude et à la impact négatif que les problèmes d’approvisionnement (appelés goulets d’étranglement) et les coûts plus élevés de l’énergie et des autres matières premières auraient eu sur l’activité des entreprises ».

En outre, les critères d’octroi des concessions ont été renforcés de manière à plus intensément dans les PME que dans les grandes entreprises.

Lire aussi:  Grenergy offre une nouvelle opportunité d'entrée

La demande des entreprises serait restée stable au premier trimestre 2022. Cela aurait été le résultat d’effets compensatoires : alors que l’augmentation des fusions et des restructurations d’entreprises et l’accroissement des besoins de financement des investissements en capital fixe auraient favorisé une croissance des demandes, l’augmentation du nombre de demandes aurait été plus faible. utilisation du financement interne aurait conduit à une contraction de la demande de crédit.

En ce qui concerne les critères d’approbation des prêts aux ménages pour l’achat d’un logement, ils sont restés stables en Espagne entre janvier et mars de cette année. En revanche, les conditions générales appliquées à ces prêts se seraient quelque peu assouplies, principalement en raison du forte concurrence dans ce segment, et cela se serait traduit par un réduction des marges appliquée aux prêts ordinaires.

Selon la perception des institutions financières, la demande de fonds pour l’achat de logements aurait à nouveau augmenté entre janvier et mars, principalement en raison de l’augmentation de l’offre de logements. augmentation de la confiance des consommateurs et, dans une moindre mesure, par les bonnes perspectives du marché du logement et de la le faible niveau des taux d’intérêt.

« Il semble donc que l’incertitude croissante qui s’est manifestée en mars, avec le déclenchement de la guerre en Ukraine, n’a pas encore eu d’impact significatif sur les demandes de fonds de ce segment, qui portent sur l’ensemble du premier trimestre », note l’agence.

Les critères d’octroi de prêts aux ménages pour la consommation et d’autres fins sont restés inchangés au cours du premier trimestre 2022. La demande de crédit dans ce segment aurait à nouveau augmenté, sous l’effet d’une hausse de la demande de prêts à la consommation et à d’autres fins. augmentation des dépenses en biens de consommation durables et par une confiance accrue des consommateurs.

DES DOUTES SUR LA REPRISE DE LA CONSOMMATION DANS LA ZONE EURO

De même, en raison de l’impact de la guerre en Ukraine et de la hausse de l’inflation qui en découle, les données indiquent une baisse de l’inflation. affaiblissement de la reprise la consommation dans la zone euro en avril. « Le mois de mars avait été fort, porté par la réouverture des économies après la vague Omicron, et l’effet d’entraînement devrait soutenir une croissance solide au deuxième trimestre. Mais la guerre en cours et la les augmentations du coût de la vie présente des risques de baisse », note Oxford Economics.

Lire aussi:  Adieu au masque au travail ? El Corte Inglés et Carrefour le maintiendront en place.

Comme ils le détaillent, la consommation de services, principal moteur de la reprise, a repris à partir de février, lorsque les taux de contagion ont commencé à baisser et que les restrictions ont été levées. « Mais les dernières données montrent que La tendance à la hausse s’essouffle et que la consommation de services peut être plus lente à se remettre complètement des pertes dues à la pandémie. En outre, la recrudescence des infections dans certains pays limitera davantage les dépenses en matière de services », ajoute-t-il.

« Nous pensons que la chute de la confiance des consommateurs en mars pourrait être une réaction excessive et nous attendons une certaine correction. Mais même si la confiance s’améliore en avril, il est probable que la confiance restera modérée et qu’elle restera modérée. les ménages doivent restreindre leurs dépenses« Les analystes suggèrent que le moment de la reprise de la consommation est encore particulièrement incertain.

Ils prévoient que le deuxième trimestre continuera d’être marqué par une croissance solide de la consommation, « mais avec un taux d’inflation plus faible ». une inflation élevée et persistante qui réduit les revenus réels, les consommateurs peuvent être réticents à faire des folies ». Selon eux, cela affecterait les attentes de l Banque centrale européenne (BCE) de la dynamique positive de la réouverture de la zone euro en 2022, ce qui implique que le resserrement monétaire pourrait ne pas se produire aussi rapidement que les marchés le prévoient.

Article précédentPep Guardiola soutient Zack Steffen après la dernière bourde du gardien de l’USMNT : « C’est un accident, ça arrive ».
Article suivantLes médecins demandent aux autorités sanitaires d’augmenter le prix de l’alcool et l’âge de consommation.