Accueil Sports Villarreal vs. Liverpool : pronostics audacieux pour la Ligue des champions :...

Villarreal vs. Liverpool : pronostics audacieux pour la Ligue des champions : L’équipe de Jurgen Klopp en finale

764
0

La ligne d’arrivée est en vue. En Ligue des champions, en Ligue Europa et en Ligue des conférences (retrouvez toute l’action sur CBS et Paramount+), une place dans une grande finale n’est plus qu’à 90 minutes. Penchons-nous sur Villarreal vs. Liverpool et Real Madrid vs. Manchester City avant de plonger dans l’Europa League.

Villarreal vs. Liverpool : L’approche d’Emery à l’aller est justifiée

Jeu en vedette | Villarreal vs. Liverpool

La tactique de Villarreal au match aller a suscité une certaine consternation dans les médias britanniques après la défaite 2-0 à Anfield la semaine dernière. Ce à quoi Unai Emery pourrait raisonnablement demander :  » qu’attendiez-vous de plus de moi ? « . Loin de là, ils n’ont pas exécuté leur marque conservatrice de football à élimination directe à la perfection, mais il est au moins vrai qu’ils ont fait travailler Liverpool pour leur victoire. Comme l’a déclaré Jurgen Klopp après le match, « C’était le défi – je pense que c’est comme ça pour tous les êtres humains – vous essayez et vous échouez, vous essayez et vous échouez et vous essayez et vous échouez et à un moment donné vous vous dites, ‘Allez, ce n’est plus mon jour !

Lire aussi:  Les points à retenir de la Premier League : Manchester United s'impose dans la douleur ; Liverpool bat des records ; Arsenal et Man City reviennent en force.

Même si Villarreal s’est rendu coupable de sa prudence, il a également dû faire face à une bonne dose de malchance. Juste au moment où Liverpool semblait s’impatienter, un ballon croisé s’envolait sur la jambe gauche tendue de Pervis Estupinan et passait au-dessus du gardien Geronimo Rulli pour finir dans les filets. Une erreur, une déviation anormale ou le moment de qualité brûlante qui a apporté le deuxième but de son équipe à Sadio Mane peu de temps après aurait pu arriver de toute façon, c’est la nature de l’inondation de votre propre boîte avec des défenseurs, mais à un moment donné, quand vous êtes si surpassé, vous devez choisir votre poison.

Après tout, Villarreal est une équipe qui paie son effectif à peine plus que ce que Liverpool a donné à Porto pour Luis Diaz en janvier. Leur masse salariale se situe fermement en milieu de tableau de la Liga, alors que leur adversaire est l’un des plus dépensiers d’une compétition bien plus riche. La disparité qu’a connue Anfield sur le terrain n’est que représentative de celle qui existe en dehors. En effet, on pourrait dire qu’en entraînant l’équipe de Klopp dans un match aussi compliqué pendant une heure, Villarreal a fait plus que ce que l’on pouvait raisonnablement attendre d’une équipe de ses moyens. On aurait pu dire la même chose de leur match de quart de finale contre le Bayern Munich, et dans ce cas, l’équipe d’Emery a obtenu un résultat mérité.

Lire aussi:  Coupe du monde 2022 : Stephanie Frappart devient la première femme à officier un match de Coupe du monde masculin lors de Mexique-Pologne.

Pourtant, Emery voulait plus et il sait que son équipe devra ajuster son approche pour le match retour. Cela pourrait être leur perte, même si les supporters locaux à El Madrigal font preuve de la même ferveur que les supporters visiteurs à Anfield. C’est une équipe qui semblait mal à l’aise pour prendre l’avantage à Alaves ce week-end. Villarreal devra attaquer, en laissant le genre d’espaces derrière sur les flancs, dont Liverpool a déjà remarqué qu’ils étaient un point faible.

Alexander-Arnold parvient à mettre hors jeu la plupart des joueurs de Villarreal en faisant une passe à Luis Diaz à Anfield. Combien cela pourrait-il être plus facile pour lui si ses adversaires engagent des corps sur le terrain ?

Wyscout/BT Sport

Les changements de jeu rapides de Trent Alexander-Arnold et ses ballons en profondeur ont été un élément clé de la réussite des Reds au match aller, combien plus de succès s’il n’a pas à se faufiler entre un arrière et l’ailier nominal qui est posté quelques mètres devant lui. Il en va de même pour Thiago ; si le jeu est plus brisé au match retour, il pourra faire plus de passes qui poussent le tempo. En poussant vers l’avant à Alaves, Villarreal a eu cinq pertes de possession qui ont conduit à des tirs adverses, à peine moins que lors du match contre Liverpool où ils n’ont même pas eu 30% du ballon.

Villarreal n’est pas une équipe qui gère bien la pression liée au fait d’être mené au score. En effet, sur les 20 matchs de Liga et de Champions League dans lesquels ils ont perdu cette saison, leur bilan indique une victoire, six nuls et 13 défaites. Lors de ces matches, leur différence de buts attendue (xG) est à peine supérieure à un après avoir été mené. Dans l’échantillon plus restreint des matches européens, cette différence est de 0,02 et ils n’avaient jamais affronté une équipe comme Liverpool avant la semaine dernière. Le match de mardi pourrait finalement prouver que tout ce qu’ils pouvaient espérer de façon réaliste au match aller était de limiter le score.

Vous voulez encore plus de reportages sur le football mondial ? Écoutez ci-dessous et suivez ¡Qué Golazo ! A Daily CBS Soccer Podcast où nous vous emmenons au-delà du terrain et autour du globe pour des commentaires, des avant-premières, des récapitulations et bien plus encore.

Real Madrid vs. Manchester City : Les arrières complets calment le chaos

Jeu en vedette | Real Madrid vs. Manchester City

Il était curieux qu’au lendemain de la victoire 4-3 de Manchester City à l’aller, Ruben Dias promette une équipe folle pour un stade fou et une occasion folle. Si la raison avait prévalu dans un match à élimination directe de Champions League impliquant le Real Madrid cette saison, celui-ci aurait été éliminé de la compétition. Le Paris Saint-Germain, Chelsea et même un City victorieux ont tous été déconcertés par l’allure du score au coup de sifflet final.

Sur l’ensemble des phases à élimination directe de cette compétition, Madrid a accordé le plus grand nombre de buts, a la troisième plus mauvaise différence de buts et la sixième plus mauvaise différence de buts par match. Ils ont aussi Karim Benzema. Il représente cette équipe dans son ensemble. Même lorsqu’ils sont en difficulté, le meilleur joueur du monde produit un moment de magie pour faire basculer le match. Ils savourent les matchs qui s’étirent et jouent comme la version la plus aboutie de l’équipe la plus titrée d’Europe quand il y a du chaos dans l’air. Mardi dernier, les visiteurs n’avaient aucune réponse à la possession de balle soutenue de City, mais mettez Fernandinho devant Vinicius Junior et ils pourraient trouver un moment dévastateur.

Pep Guardiola se creuse les méninges à la recherche du contrôle. C’est dans ces moments-là qu’il peut être coupable de trop compliquer les choses, mais cette fois-ci, il semble y avoir une solution simple devant lui. Bien que Kyle Walker ne soit pas de la partie pour la saison, l’arrière-garde devrait être renforcée par le retour de Joao Cancelo, suspendu lors du match aller. Peu de joueurs sont aussi capables de faire tourner la machine City. Seuls Rodri et Aymeric Laporte reçoivent plus de passes par 90 minutes que l’arrière portugais, ces deux-là et John Stones sont également les seuls joueurs à porter le ballon plus loin que Cancelo.

Avec le joueur de 27 ans dans l’équipe, probablement au poste d’arrière droit avec Oleksandr Zinchenko (bien qu’il soit impossible d’exclure la possibilité d’un changement d’équipe de Guardiola comme, par exemple, Nathan Ake au poste d’arrière gauche) sur l’autre flanc après un match aller impressionnant, City sera en mesure de s’affirmer au Santiago Bernabeu, de contrôler la possession du ballon pendant de longues périodes avant de mettre la touche finale. Madrid pourrait bien leur permettre de le faire. Selon Wyscout, l’équipe de Carlo Ancelotti permet à ses adversaires de faire une moyenne de 14,2 passes par action défensive, l’un des chiffres les plus élevés de la compétition et bien plus que City. Le fait que Cancelo dérive au milieu de terrain donnera également à son équipe la supériorité au milieu de terrain pour vaincre une équipe madrilène qui ne sera peut-être pas aussi fragile pour protéger les quatre arrières maintenant que Casemiro, en bonne santé, est de retour dans le rôle d’ancrage plutôt que Toni Kroos. Sur le flanc opposé, Zinchenko peut faire la même chose. Mais City a prouvé au cours des dernières années qu’il avait les qualités défensives nécessaires pour contrer cette situation, surtout si Ruben Dias est sur le terrain.

Si City doit gagner ce match, ce ne sera pas en profitant du chaos, mais en jouant le jeu à sa façon, ce qu’il a clairement la capacité de faire. Cancelo ne fera que leur faciliter la tâche.

Eintracht Francfort vs. West Ham : Les coups de pied arrêtés font défaut à l’équipe de Moyes

Jeu en vedette | Eintracht Frankfurt vs. West Ham United

En ce qui concerne l’Europa League, où la suggestion de la semaine dernière que Les clubs anglais sont sur le point de balayer le tableau dans toutes les compétitions s’annonce plus que périlleux. West Ham avait les moyens de faire basculer le match aller de sa demi-finale contre l’Eintracht Francfort, mais il se rend en Allemagne avec une défaite 2-1 et du travail à faire. A l’issue de ce match, David Moyes a déploré « la pire des situations ». [set pieces] depuis deux ans », un refrain qu’il allait reprendre lorsque Rob Holding et Gabriel ont marqué sur des balles mortes pour offrir une victoire 2-1 à Arsenal au London Stadium dimanche.

Il n’est pas surprenant que Moyes accorde une telle importance aux coups de pied arrêtés. West Ham est dévastateur dans ce domaine. Neuf de leurs passes décisives en Premier League ont été obtenues sur des balles mortes, le plus grand nombre en première division avec Manchester City. Ils en ont fait quatre en Europa League. Aucune autre équipe n’en a obtenu plus de deux. C’est peut-être là qu’ils gagneront le match.

C’est peut-être aussi là qu’ils vont perdre. L’Eintracht Francfort est l’une des meilleures équipes allemandes sur les coups de pied arrêtés, avec sept buts marqués, et il est à noter que West Ham n’est pas la même force défensive sur les balles mortes qu’en termes offensifs. L’équipe de Moyes a maintenant concédé 10 buts sur balles mortes en Premier League cette saison, ce qui la place en milieu de peloton, dont quatre depuis le début du mois d’avril. Ce n’est pas un hasard si cela a coïncidé avec la période où les Hammers ont été contraints de modifier leur ligne arrière à la volée en raison d’une myriade de blessures. Le doublé de dimanche est dû au fait que West Ham a sacrifié un peu de hauteur dans sa sélection, mais le deuxième but d’Arsenal est un but que cette équipe a l’habitude de concéder.

Martinelli court pour récupérer le second ballon d’un corner d’Arsenal que West Ham a dégagé.

Wyscout/Sky Sport

Ce n’est pas tant la remise initiale dans la surface qui leur pose problème, mais le fait de gagner le deuxième ballon. Le ballon de Bukayo Saka est repoussé, mais personne ne porte le maillot de West Ham pour réclamer la possession du ballon qui rebondit dans la surface. Gabriel Martinelli a le temps de toucher le ballon, de le récupérer sous ses pieds et d’effectuer une remise au second poteau pour Gabriel qui reprend de la tête.

La même chose s’est produite lorsque Mason Holgate a marqué pour Everton le mois dernier. Cette fois, West Ham a des joueurs en position de récupérer le ballon lorsque Lukasz Fabianski le frappe en l’air, mais Said Benrahma ne fait rien d’autre que de regarder le ballon rebondir (comme ce fut le cas sur le but d’Arsenal) tandis que Pablo Fornals a très peu de chances de gagner un 50:50 contre Michael Keane. Holgate finit par frapper le ballon de volée sous très peu de pression, le ballon passant entre les corps et se retrouvant dans le filet.

West Ham ne parvient pas à dégager le ballon sous la pression d’Everton, qui finira par marquer dans le chaos.

Wyscout/Sky Sports

L’explication de la récente série de difficultés défensives de West Ham sur les coups de pied arrêtés n’est peut-être rien d’autre que les efforts hésitants de Benrahma pour se débarrasser du ballon, même s’il est évident depuis longtemps qu’il n’est pas assez fiable en dehors du ballon pour qu’on lui confie un tel rôle. Il convient également de noter que sans Benrahma dans l’équipe, les trois corners de Filip Kostic pour Francfort n’ont été dégagés que par un autre joueur en blanc.

Il se pourrait qu’au Waldstadion, Craig Dawson réitère ses récents exploits sur les ballons morts, que Tomas Soucek s’élève une fois de plus ou que Michail Antonio s’impose aux défenseurs centraux de Francfort. Mais si West Ham ne parvient pas à améliorer son travail pour gagner les deuxièmes ballons sur les coups de pied arrêtés défensifs, il se peut que ce passage particulier soit une cause d’adversité autant qu’une opportunité.

Article précédentLe marché boursier espagnol a négocié 36 881 millions d’euros en avril, soit 27,9% de plus que l’année dernière.
Article suivantCinq actions à surveiller dans les échanges techniques de mardi