Accueil Santé & Bien-être Une étude espagnole trouve la clé de la stéatose hépatique non alcoolique

Une étude espagnole trouve la clé de la stéatose hépatique non alcoolique

707
0

Des chercheurs du groupe Métabolisme moléculaire du CiMUS de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle (USC) et du CIBER de l’obésité et de la nutrition (CIBEROBN) ont découvert une nouvelle cible impliquée dans le développement de la stéatose hépatique non alcoolique pour laquelle, pour l’instant, il n’y a pas de traitement.

Il s’agit de la protéine ATG3, qui est présente à des niveaux élevés dans les foie des patients atteints de cette pathologie, et qu’en l’inhibant, il améliore le métabolisme des graisses en augmentant la fonction mitochondriale tout en diminuant la accumulation de graisses et des dommages à cet organe.

Des études ont montré qu’une personne sur quatre dans le monde souffre aujourd’hui de cette maladie, ce qui représente près de deux milliards de personnes touchées. Aux premiers stades, la maladie commence par une accumulation de graisse dans le foie (5 % de graisse suffisent pour classer le foie comme gras), et peut évoluer vers une maladie plus grave, notamment stéatohépatite la maladie du foie gras non alcoolique, la cirrhose et le cancer. La prévalence croissante de la stéatose hépatique non alcoolique dans les pays développés et en développement en a fait la cause la plus fréquente de transplantation hépatique.

Lire aussi:  La Catalogne demande des tests antigéniques pour les voyageurs en provenance de Chine, même s'ils ont été vaccinés

Pour cette étude, publiée dans la revue scientifique ‘Journal of Hepatology‘, une cohorte de 117 patients humains a été utilisée, 85 présentant différents stades de la stéatose hépatique et 32 patients au foie sain.

« L’utilisation d’échantillons humains provenant de pas moins de 117 patients est un point fort de ce travail, car il permet de vérifier que notre découverte dans les modèles précliniques est valable. et potentiellement applicable à l’homme, et elle implique également un énorme effort de coordination entre les spécialistes de trois hôpitaux nationaux : l’hôpital universitaire Santa Cristina (Madrid), l’hôpital universitaire Marqués de Valdecilla (Santander) et l’hôpital universitaire Virgen del Rocío (Séville) », expliquent les chercheurs du CiMUS impliqués dans ces travaux.

Les résultats ont montré que les patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique présentent des taux élevés d’ATG3 dans le foie, une protéine qui était jusqu’à présent connu pour son rôle dans l’autophagie, un processus par lequel la cellule détruit le matériel cellulaire inutilisable. Le même phénomène a été observé dans le foie de souris soumises à un régime riche en graisses, ainsi que dans des cellules hépatiques humaines.

Lire aussi:  Mise au point d'un prototype de vaccin contre le covidium pour les chats

« Nous avons pu démontrer un mécanisme d’inversion de l’accumulation de graisse dans le foie, faisant de l’ATG3 une cible thérapeutique potentielle contre la stéatose hépatique non alcoolique », déclarent les auteurs principaux de la recherche, Natália Lima, Marcos Fernandez Fondevila et Eva Nóvoa. Cela s’explique par le fait que Inhibition de l’ATG3 provoque une augmentation de la sirtuine 1 (SIRT1) et de la carnitine palmitoyltransférase 1a (CPT1a), deux protéines impliquées dans la fonction mitochondriale.

Cette recherche est le résultat du travail de chercheurs Natália da Silva Lima, Marcos Fernandez Fondevila et Eva Nóvoa Deaño du groupe Métabolisme moléculaire du CiMUS, coordonné par le Dr Rubén Nogueiras Pozo et dans lequel des équipes de recherche du CiMUS (Dr Miguel López et Dr. Carlos Diéguez), ainsi que des groupes de l’Université du Pays basque, du CIC bioGUNE (Bilbao), de l’Institut génomique européen du diabète (France), du CNIC (Madrid), de l’Université de Coimbra (Portugal), de l’Université de Lübeck (Allemagne), de l’Hôpital universitaire Santa Cristina (Madrid), de l’Institut de recherche biomédicale August Pi iSunyer (Barcelone), ainsi que de CIBEREHD et CIBERDEM.

Article précédentIberdrola signe un prêt de 550 millions avec la BEI
Article suivantEvoplay lance Burning Aces. Jackpot via le moteur de jeu Spinential