Accueil Jeux Plusieurs nouveaux casinos sont attendus prochainement au Mexique

Plusieurs nouveaux casinos sont attendus prochainement au Mexique

601
0

Le Mexique se rapproche de la réalisation de nouveaux projets de casinos, comme l’indiquent les nombreux sites de développement déjà en cours et les rapports sur les projets à venir.

Plusieurs casinos attendus

Le Mexique avait interdit les casinos en 2017 et lorsque cette interdiction a ensuite été levée l’année suivante, l’industrie envisageait un rattrapage et une croissance explosive. Les nouvelles lois ont permis d’autoriser jusqu’à 850 casinos au total dans le pays, dont 206 ont déjà été construits, et si l’on tient compte des différentes salles de machines à sous, ce nombre s’élève à 370 au nord. Il reste donc plus de 450 casinos à construire.

L’un d’entre eux est en fait complètement terminé et ouvre ses portes demain – le 2 septembre 2022 – à La Chinesca, qui est le quartier chinois de Mexicali. La page Facebook du Chinesca Casino a publié de nombreux messages sur le lancement ces derniers jours et l’image de couverture de son profil Facebook énumère de nombreuses offres d’emploi – des postes administratifs aux opérateurs de télévision en circuit fermé et aux employés chargés de la sécurité, en passant par les hôtes/hôtesses et les croupiers.

Juste autour du changement de législation, levant l’interdiction des casinos, l’État de Tamaulipas a été largement signalé comme prévoyant trente casinos. C’était en 2018 et l’estimation de trente casinos opérant dans les limites de l’état a été totalement perturbée par la pandémie mondiale, mettant un coup d’arrêt à la plupart des projets et des blocages affectant les projets terminés. Sur ces trente casinos, onze sont opérationnels aujourd’hui, et au moins deux autres sont attendus d’ici la fin de l’année, certains rapports locaux suggérant que cela pourrait également être optimiste.

Lire aussi:  ASBIS Group a présenté son portefeuille de marques propres à l'IFA 2022 à Berlin

Ce qui est important, c’est que les licences ont été délivrées et qu’il ne reste plus qu’à achever ces projets et à commencer à contribuer à leurs industries locales du tourisme et du jeu, aidant ainsi l’économie à se redresser.

L’industrie mexicaine des jeux d’argent prospère à un certain prix

L’industrie dans son ensemble a pris de la vitesse au Mexique, le secteur des jeux d’argent faisant souvent la une des journaux en raison de nouveaux partenariats, de la croissance des entreprises et d’une atmosphère générale de cacophonie. Tout cela témoigne d’une reprise, et ce n’est pas un processus récent. En 2021, nous avons vu Betsson et Big Bola Casinos s’associer pour lancer Betsson Mexico en avril de cette année-là. En juin de la même année, bet365 s’est également lancé au Mexique, après avoir conclu un partenariat avec le conglomérat local TV Azteca. Au début du mois de juillet de cette année, la marque RushBet de RSI a également été lancée en partenariat avec le Grupo Multimedios du Mexique.

Lire aussi:  Rank cite une performance britannique "plus faible" dans son avertissement sur les bénéfices.

Cette liste n’est en aucun cas exhaustive, mais on peut dire que le secteur a pris de la vitesse et qu’il est facile de mettre des lunettes roses et de penser que tout est parfait, mais rien n’est jamais parfait. Avec l’explosion de l’activité des casinos et la reprise de l’industrie à un rythme accéléré, la pression sur les systèmes sous-jacents a également été fortement augmentée, ouvrant les portes à des problèmes potentiels, à la corruption et au contournement des règles, et plus encore.

Il s’agit d’une tendance très réelle et bien documentée, non seulement dans le monde des jeux d’argent, mais aussi dans d’autres secteurs. C’est là que la réglementation, les mesures préventives et les instruments juridiques actifs entrent en jeu, mais que faire lorsque les organismes de réglementation font eux-mêmes partie du problème ? En avril dernier, il a été rapporté que l’autorité de régulation des jeux mexicaine était potentiellement liée à l’extorsion d’opérateurs de casino, l’histoire étant embrouillée par des intérêts contradictoires. L’argent avait pourtant changé de mains. Ce n’est pas non plus un thème nouveau au Mexique, comme vous pouvez l’imaginer. Big Bola est un nom de maison très populaire, avec plusieurs casinos exploités par la société. Elle est depuis longtemps soupçonnée d’activités illégales et ses comptes bancaires ont été (à l’époque) bloqués pour une durée indéterminée en mai de cette année.

Article précédentSiemens Gamesa vend des actifs renouvelables en Europe du Sud à SSE pour 613 millions d’euros
Article suivantLes entreprises à surveiller à Wall Street sur une base technique jeudi