Accueil Business Les dépenses en cartes dépassent largement le niveau pré-pandémique : 64 %...

Les dépenses en cartes dépassent largement le niveau pré-pandémique : 64 % de plus qu’en 2019.

93
0

Les dépenses par carte dépassent largement le niveau pré-pandémique, quels que soient le canal et la nationalité. En mars, selon les données recueillies par BBVA, Les achats par carte ont été 64 % plus élevés que ceux effectués au cours du même mois en 2019.. Et ce, malgré le fait que la grève des transporteurs ait modéré la hausse des achats par carte dans la seconde moitié du mois, notamment dans le canal face à face.

Par rapport à 2021, les dépenses par carte a augmenté de 39%.Il s’agit d’un ralentissement par rapport à la croissance de 53 % enregistrée en février. L’augmentation était plus importante dans le canal non présentiel (74%) que dans le canal présentiel (25%). En fait, le ralentissement de la croissance est plus prononcé pour les achats en face à face (-18 points), notamment avec des cartes étrangères (-55 points).

Cela peut être déduit des données fournies par l’institution, qui souligne que l’arrêt des transports a ralenti l’augmentation de la consommation de cartes dans la seconde moitié du mois, principalement dans le canal face à face. À cela s’ajoute l’effet de base provoqué par le début de la semaine de Pâques en mars 2021, qui a faussé la comparaison d’une année sur l’autre dans les derniers jours de mars et les premiers jours d’avril.

La progression du commerce électronique et le ralentissement de la demande en face à face ont accentué la participation de la les transactions non présentielles sur le panier de la carte jusqu’à 34%, record absolu. Le poids des dépenses liées aux cartes étrangères a également augmenté, mais est resté inférieur aux chiffres d’avant la pandémie.

Lire aussi:  Le délai d'acceptation de l'offre de rachat de Mediaset a été prolongé jusqu'au 28 juin.

L’augmentation de 7 % du billet moyen en glissement annuel, stimulée par la hausse des prix de l’essence et de l’énergie. reprise de l’inflationont contribué à l’augmentation des achats par carte en mars. En revanche, la baisse de la mobilité liée à la grève des transports et à la crise énergétique aurait limité la contribution du nombre de commerçants à l’augmentation des dépenses.

Par secteur, la croissance des dépenses a perdu de son élan dans tous les secteurs, sauf pour la nourriture. Le ralentissement de la consommation a été plus important dans certains services, tels que l’hébergement, la restauration, les voyages et les loisirs, et dans les biens non essentiels, tels que le sport, la mode et l’équipement ménager.

La croissance du ticket moyen s’est accélérée dans certains des secteurs les plus exposés aux hausses de prix et dont la demande est la plus inélastique, tels que les transports, l’alimentation et les grands supermarchés, et ralentissement des activités de loisirstels que l’hébergement, les loisirs et la restauration. En revanche, l’atonie des transactions a été généralisée.

Les dépenses pour les autres services, qui comprennent les plateformes de commerce électronique et les abonnements en ligne, ont représenté 26 % du total en mars 2022, contre 11 % au cours du même mois de 2019. L’alimentation, la santé, la restauration et les loisirs ont corrigé la progression enregistrée en 2021, tandis que. La mode, les voyages et l’hébergement étaient encore loin de leur poids d’avant la crise..

Lire aussi:  Le Venezuela va prélever une taxe de 20 % sur les transactions en monnaie numérique

Le rebond des achats de biens au cours de la première quinzaine de mars, dû à une augmentation de la progression de la demande a compensé la baisse enregistrée au cours de la dernière semaine, de sorte que la composition du panier de consommation de la carte est restée stable : les services ont représenté 63 % des dépenses et les biens les 37 % restants.

Quel que soit le canal, ce sont les dépenses liées aux voyages, à l’hébergement et aux loisirs qui ont le plus augmenté le mois dernier. Toutefois, le ralentissement de la demande a été généralisé, et même les achats en face-à-face d’équipements ménagers et d’articles de sport et les achats hors face-à-face de technologie et de santé ont diminué.

Les dépenses en face-à-face ont augmenté dans toutes les provinces le mois dernier, mais moins qu’en février.

D’autre part, en termes de retraits d’espèces par carteLe nombre de retraits de cartes a augmenté de 11 % en glissement annuel en mars et a dépassé de 6 % le niveau antérieur à la pandémie, même s’il a perdu de sa vigueur dans la seconde moitié du mois. La part des retraits dans le total des transactions s’est établie à 20 %, soit quatre points de pourcentage de moins qu’à la même période en 2021.

Article précédentComment Liverpool et Manchester City ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour porter la Premier League à de nouveaux sommets.
Article suivantLe canal ascendant de CaixaBank indique les sommets de 2017 et 2018