Accueil Jeux Le ministère de la Justice intente une action en justice contre un...

Le ministère de la Justice intente une action en justice contre un hôtel et un casino du Dakota du Sud

571
0

Un procès a été intenté contre les propriétaires du Grand Gateway Hotel et du Cheers Sports Lounge and Casino en raison de leur décision d’interdire aux Amérindiens l’accès à leur établissement à la suite d’une fusillade mortelle à l’hôtel ayant entraîné la mort d’un Amérindien de 19 ans.

Poursuite fédérale pour discrimination raciale contre les propriétaires de l’hôtel Grand Gateway

Le Washington Post rapporte que le 19 octobre, le ministère américain de la Justice a intenté une action en justice pour discrimination des droits civils contre les propriétaires du Grand Gateway Hotel et du Cheers Sports Lounge and Casino situés à Rapid City, dans le Dakota du Sud.

À la fin du mois de mars, les propriétaires de l’hôtel ont apporté un changement à leur politique qui interdit effectivement aux Amérindiens d’entrer dans leur casino, leur hôtel et leur salon de sport.

Ce changement de politique discriminatoire était basé sur le fait que le 19 mars, une fusillade avait eu lieu dans l’une des chambres de l’hôtel. Un Amérindien de 19 ans a été abattu et a succombé à ses blessures. Le principal suspect, qui a été accusé de meurtre au second degré, est également un Amérindien.

Lire aussi:  Sightline Payments promeut trois cadres supérieurs pour guider l'expansion canadienne

L’assistante du procureur général Kristen Clarke, responsable de la division des droits civils du ministère de la Justice, a condamné la politique de l’hôtel, la qualifiant de raciste et d’offensante, et a souligné que de telles pratiques n’avaient pas leur place dans la société moderne.

Un message sur Twitter annonçant la politique de l’hôtel à l’encontre des Amérindiens reçoit un accueil massif.

Juste après la fusillade, la propriétaire de l’hôtel, Connie Uhre, a posté sur Twitter que son hôtel allait interdire l’accès à la propriété à tous les Amérindiens, car « …nous ne distinguons pas les gentils des méchants indigènes… alors nous devons leur dire non !« .

Le post a suscité de vives critiques dans la deuxième plus grande ville du Dakota du Sud, où 10 % de la population est amérindienne. M. Uhre a également été critiqué par le maire de Rapid City sur Twitter.

Harold Frazier, président de la tribu sioux de Cheyenne River, a condamné la déclaration d’Uhre comme étant raciste et discriminatoire : « Il est stupide d’attaquer une race de personnes et de ne pas s’attaquer à tous les problèmes qui affectent la société dans laquelle nous vivons. Cela inclut le racisme.« 

Lire aussi:  La deuxième partie de Final Fantasy VII Remake est enfin dévoilée dans une bande-annonce et une exclusivité PS5 est annoncée.

Suite à la déclaration d’Uhre, l’ensemble du personnel travaillant au bar Cheers et certains employés de l’hôtel ont quitté leur emploi.

En outre, le collectif NDN, une organisation à but non lucratif qui protège les droits civils des Amérindiens, a intenté un procès pour discrimination raciale le 23 mars après que deux Amérindiens n’aient pas été autorisés à entrer dans l’hôtel Grand Gateway.

Les chefs tribaux de la nation des Grands Sioux ont également émis un ordre de cessation et d’abstention à l’intention des propriétaires de l’hôtel, car celui-ci est situé sur des terres visées par un traité, ce qui constitue une violation du traité de 1868. Selon l’ordre, les propriétaires sont tenus de quitter immédiatement la propriété et d’emporter leurs effets personnels.

Article précédentGamingtec attend avec impatience des « titres accrocheurs » via Fazi.
Article suivantLe PGCB inflige une amende à Live ! Philadelphie pour accès non autorisé à des clients.