Accueil Santé & Bien-être « L’avenir est à la robotique et la chirurgie ne le sera pas...

« L’avenir est à la robotique et la chirurgie ne le sera pas moins ».

652
0

Alberto Breda (Vérone, 1973) est à la tête de l’unité d’urologie oncologique et de l’équipe chirurgicale de transplantation rénale de l’Institut de recherche sur le cancer. Fondation Puigvert. Il est également président d’Erus, la section de chirurgie robotique de la Société européenne d’urologie.

A partir de ce mercredi et jusqu’au 28 octobre, l’Erus fêtera Barcelona Robotika’, son 19e congrès, qui réunira plus de 800 chirurgiens. Six hôpitaux catalans diffuseront en direct jusqu’à 38 opérations chirurgicales robotisées. Barcelone est la ville d’Espagne qui compte le plus de machines dédiées à la chirurgie robotique.


Qu’est-ce que la chirurgie robotique ?

C’est une chirurgie peu invasive, comme une arthroscopie. [un tipo de endoscopia que consiste en la visualización de una articulación] sur un genou. Le chirurgien s’assied à une console et, à l’aide d’un joystick, dirige des bras robotisés qui se déplacent sur 360 degrés. [El cirujano] Il est à côté du patient et déplace les instruments avec ses mains. En fait, plus précisément, ce type de chirurgie est appelé chirurgie laparoscopique robotisée.

La précision est-elle meilleure ?

Elle a clairement une précision que les mains humaines n’ont pas. La chirurgie robotique élimine totalement le tremblement, il y a une vision HD et 3D. Nous voyons en trois dimensions avec la technologie 5G et en haute définition. Cela n’existait pas en laparoscopie. [otra cirugía mínimamente invasiva para observar el interior del abdomen y la pelvis] et elle n’existe pas encore beaucoup, bien que la laparoscopie se développe beaucoup pour correspondre à la robotique. Mais la robotique reste l’expression ultime de l’invasivité minimale.

Le robot est-il en train de remplacer le médecin ?

Non. Et ce n’est pas exactement un robot, ce sont des bras robotisés. Il faut une console à joystick avec un chirurgien pour bouger ces mains. Mais nous sommes loin d’avoir un robot qui reproduit automatiquement une opération chirurgicale comme le font les médecins : il faut un pilote, un chirurgien, derrière la technologie. Peut-être que dans un avenir pas trop lointain, nous aurons des robots capables d’opérer seuls et le chirurgien fera l’indication de l’opération, mais alors le robot fera l’opération pour le médecin et il le fera avec beaucoup plus de précision. Pour l’instant, le chirurgien est le protagoniste du bloc opératoire. Je ne sais pas pour combien de temps. Mais nous sommes confrontés à une grande transition.

Mais le médecin sera toujours nécessaire.

Oui, parce que pour programmer, il faut un médecin, pas un ingénieur. Mais il est probable qu’à l’avenir, le chirurgien sera moins impliqué dans l’imposition de ses mains.

Pourquoi l’urologie est-elle le domaine dans lequel la chirurgie robotique est le plus largement mise en œuvre ?

Parce qu’elle a été la première spécialité à adopter la chirurgie robotique au début des années 2000. C’est aux États-Unis et en France que la chirurgie robotique a été autorisée pour la première fois pour la prostatectomie radicale. À l’époque, personne ne croyait à la robotique, car elle était futuriste, et les chirurgiens généralistes n’y croyaient pas. D’autre part, les urologues, qui ont toujours été très bons en chirurgie, ont commencé à opter pour la chirurgie mini-invasive, la chirurgie laparoscopique. Et l’évolution normale de la laparoscopie est la robotique, car cela signifie passer d’une chirurgie peu invasive à une chirurgie peu invasive mais robotisée, ce qui signifie une précision accrue. La Fundació Puigvert y est également attachée : en 2005, le robot Da Vinci est arrivé et nous avons été le premier hôpital d’Espagne à intégrer la chirurgie robotique dans un service. Maintenant, sur les quatre salles d’opération que nous avons, deux, soit 50%, sont robotisées. La chirurgie robotique est très coûteuse et le système national de santé ne la finance pas, de sorte qu’un hôpital doit investir beaucoup d’argent.

Peut-on l’étendre à d’autres domaines ?

Elle s’est développée. La gynécologie, la chirurgie générale, la chirurgie cardiaque et même les spécialistes des oreilles, du nez et de la gorge commencent à utiliser la chirurgie robotique. Il y a des centres gynécologiques qui l’utilisent couramment. La chirurgie générale a également commencé à l’utiliser. Jusqu’en 2019, la chirurgie robotique était un monopole d’Intuitive, qui est la société mère de la chirurgie robotique. Mais en 2019, les 2 500 brevets du robot Da Vinci ont expiré et il n’y a désormais plus d’entreprises produisant des robots. Il existe actuellement 10 robots sur le marché qui ont déjà été construits et qui fonctionnent. La porte s’ouvre non seulement à la chirurgie urologique, mais aussi à de nouveaux robots.

C’est l’avenir.

C’est le présent en fait. Il ne fait aucun doute que les robots vont entrer dans la réalité de chacun d’entre nous. Les voitures, par exemple, se conduisent déjà toutes seules. Tout fonctionne désormais grâce aux puces et aux nouvelles technologies ; l’avenir est à la robotique, la chirurgie ne peut donc pas être moindre.

Quels patients peuvent en bénéficier ?

Les personnes atteintes d’un cancer de la prostate – devant subir une prostatectomie radicale -, d’un cancer du rein – nécessitant une néphrectomie partielle – ou d’un cancer de la vessie – nécessitant une cystectomie radicale. Ces patients sont ceux qui bénéficient le plus de la chirurgie robotique en urologie aujourd’hui.

Le congrès ERUS comprendra 38 opérations chirurgicales en direct.

En Espagne, il n’y a que 40 ou 45 plates-formes robotisées – en Italie, il y en a environ 150. Madrid, par exemple, n’a toujours pas de robots dans le système de sécurité sociale. L’Espagne commence à robotiser ses hôpitaux depuis quelques années déjà, mais nous sommes encore sous-représentés en Europe. Cependant, nous entrons progressivement sur le marché de la robotique, les hôpitaux commencent à acquérir des systèmes robotiques et à Barcelone, il y a 16 machines. En d’autres termes, en Espagne, un quart de cette technologie se trouve à Barcelone. C’est pourquoi nous avons baptisé ce congrès « Barcelona Robotika », afin de faire de Barcelone l’épicentre de la chirurgie robotique espagnole. Les six hôpitaux urologiques ayant le plus grand impact sur la santé publique -Vall d’Hebron, Bellvitge, Clínic, el Mar, Can Ruti et la Fundació Puigvert- diffuseront ensemble des opérations chirurgicales en direct de leurs hôpitaux à la Fira de Montjuïc.

Article précédentVenez faire la fête avec BetFury ! Avec le meilleur RTP en iGaming – jusqu’à 99.02%.
Article suivantL’accord avec BetPlay renforce la position de Wazdan en Colombie