Accueil Jeux Hellsinger, dure moins d’une nuit de concert et vous laisse tout aussi...

Hellsinger, dure moins d’une nuit de concert et vous laisse tout aussi euphorique.

43
0

Je dois admettre que j’ai commencé à rédiger cette critique un peu plus tard que je ne l’aurais souhaité. C’est la période de l’année où tant de choses sortent que l’on se demande à quoi sert l’E3. Quoi qu’il en soit, le fait que tous les médias aient déjà publié leurs critiques a ceci de positif que je peux vérifier leurs opinions avant de me mettre au travail. Sur les médias sociaux, les comptes Metal : Hellsinger partagent une image avec des citations et les notes des critiques spécialisés (ce que nous appelons habituellement accolades au milieu) pleine de neuf et de quatre étoiles. Sur Steam, il bénéficie d’un taux moyen d’approbation des utilisateurs de 97 %. Du point de vue d’un humble serviteur, je ne lui donnerais peut-être pas une note aussi élevée, mais comme j’ai la chance de m’être débarrassé des notes numériques depuis longtemps, je dirai simplement : c’est plutôt cool dans l’ensemble, et je dirais que ça vaut le coup.

Si vous gardez un œil sur 3DJuegos PC, vous vous souvenez peut-être qu’il y a quelques semaines, j’ai partagé quelques impressions sur le titre en question. Cet article s’intitulait « Je rejoue le tutoriel de ce DOOM rythmé depuis presque 6 heures, juste parce qu’il est amusant et que les artistes qui l’ont créé sont géniaux », en mettant l’accent sur le facteur amusant. Je ne me souviens pas d’une démo presse qui m’ait autant accroché, et je le dois au fantastique système de notation mis en place dans chaque niveau de la campagne. Si vous avez ne serait-ce que le plus petit intérêt pour la classements en ligne, mon pote, je suis désolé pour toi et encore plus pour tes responsabilités dans la vie adulte ; c’est un gouffre d’heures qui partent bien volontiers, il faut le dire. Et que dire de ceux qui ne font que passer ? Eh bien, nous y viendrons.

Pour ceux qui sont moins familiers avec le sujet, Metal : Hellsinger est un… tireur de boomer rythmique. Dans les grandes lignes, il s’agit de DOOM – un jeu aussi violent et explosif que la musique phare du genre, vous forçant à entrer dans le feu de l’action en changeant rapidement d’arme et en commandant des exécutions dès que vous avez besoin de vous soigner. Ça se passe en enfer, aussi ? Il y a des parallèles thématiques indéniables. Des différences ? Eh bien, l’importance du son dans l’action, bien sûr. Et je ne parle pas seulement de la façon dont Mick Gordon a modulé… Tout ce qu’ils craignent c’est toi pour l’intégrer aux dernières aventures de la Tueuse, non. En ce sens, il faut le comparer à BPM : Bullets Per Minute ou au futur Gun Jam, qui ont tous deux leur propre onglet sur Steam. L’idée, en gros, est de coordonner vos prises de vueles feintes, les recharges et les « ultis » avec le battements de la musique.

Mais je prendrai la liberté de dire que si The Outsiders a réussi, c’est en prenant toutes ces choses et en les rendant 100% propres, fonctionnelles et indépendantes. Peu importe que d’autres jeux aient fait des choses similaires dans le passé, car après quelques minutes de Metal : Hellsinger, il est clair qu’ici, il faut penser et agir d’une manière différente ; ni plus ni moins que là où réside le plaisir de ce titre. Le joueur enthousiaste de DOOM programme et mémorise des « combos » d’armes pour maximiser les dégâts sortants dans le temps le plus court possible, alors que dans le dernier projet de David Goldfarb, il ne s’agit pas de l’avance, mais de l’avantage. chorégraphie. L’IA d’Hellsinger est plus maladroite que les récents succès d’id Software, mais cela est raisonnablement lié au gameplay car vous êtes censé être conscient de ce qui se trouve devant vous afin de… pensez à votre prochain mouvement alors que vous exécutez quelqu’un.

Lire aussi:  Voici les bandes-annonces des meilleurs jeux à venir dans les prochains mois.

Métal : Hellsinger (The Outsiders)

Il y a huit chanteurs de l’enfer, chacun ayant sa propre direction artistique et musicale.

La difficulté ne réside pas dans l’IA, mais dans la maîtrise du timing du personnage.

Une fois que cette dynamique, cette signature unique résonne en vous, Metal : Hellsinger vous a conquis. La campagne peut être terminée en une seule séance car elle dure moins d’un concert (il m’a fallu un peu plus de 5 heures à compléter avec tous les défis) et a le même effet, celui de la mythique nuit de débauche qui vous laisse fatigué et euphorique à parts égales. Chacun des huit enfers que vous visitez a sa propre direction artistique, tant sur le plan visuel que sonore, leurs arènes sont bien conçues et ils ont tous un grand boss qui vous attend dans la dernière section et qui vous met à l’épreuve. Jusqu’ici tout va bien, et j’insiste sur le fait que j’ai beaucoup aimé le jeu ; mais il est temps de commencer à parler des choses que j’ai moins aimées, et il y en a quelques-unes – ce qui est tout à fait normal, vraiment ; tout réussir avec une nouvelle IP est une utopie. Disons simplement qu’il y a de petits défauts.

Par exemple, je trouve un peu étrange que tu passes 10 minutes à te familiariser avec le rythme de chaque niveauseulement pour arriver au combat de boss et découvrir que le battements sont rapides : il vous déstabilise complètement, vous déstabilise et vous fait vous relâcher juste au moment du jeu où, thématiquement, vous devriez vous sentir comme un héros sanglant. C’est un peu mitigé, le seul point positif étant le fait que même s’il n’y a que deux boss, celui qui se réinvente tout au long de la campagne (un à la fin et un qui se répète dans chaque niveau) est capable de surprendre pour le meilleur. Je n’aime pas non plus le fait que les défis, qui tournent logiquement autour de l’idée de tester vos compétences et votre tempérament, vous fassent passer par un écran de chargement à chaque fois que vous échouez. C’est un problème technique, certes, mais c’est quand même dommage que de nombreux autres jeux dotés de cette fonctionnalité aient fait mieux.

Certains de ces défisEn fait, ils semblent un peu paresseux parce qu’il s’agit essentiellement de la même carte et du même objectif, mais avec quelques modifications de la carte et de l’objectif. engendre Les récompenses pour les avoir terminées sont des modificateurs de personnage (vous pouvez en porter deux au maximum) qui évoluent de la même façon, de manière échelonnée. La récompense pour les avoir terminées est un modificateur de personnage (vous pouvez en porter deux au maximum) qui évolue de la même manière, de façon échelonnée. Avions-nous besoin de plus de variété ? Eh bien, non, mais le simple fait que cette option existe me fait penser que c’est une nécessité. Quelque chose de similaire se produit avec le histoireL’histoire n’est jamais particulièrement intéressante (je pense que l’épilogue ne sera guère plus qu’un mème pour beaucoup) et le motion art qui la dépeint est rarement à la hauteur de la palette générale et de la direction artistique du jeu. En gros, les problèmes s’arrêtent là. Au-delà de ces frustrations occasionnelles, il n’en reste pas moins que Metal : Hellsinger fait les choses si bien que j’aurais du mal à ne pas le recommander à quiconque s’y intéresse.

Je ne pouvais pas conclure cette revue sans parler de la musiquebien sûr. La liste des artistes invités à prêter leur voix à chaque phase est légendaire : on y trouve Tatiana Shmayluk, Matt Heafy, Mikael Stanne ou (ma préférée) Alissa White-Gluz d’Arch Enemy, pour n’en citer que quelques-uns. squeals en vue – de, disons, Serj Tankian ou Randy Blythe lui-même. Un vrai équipe de rêve que les Avengers auraient aimé, bien que si nous sommes pointilleux, je dirais que j’aurais apprécié un peu plus d’imagination et de créativité dans les compositions. Ils sont tous très bons, mais je dirais que le seul qui semble légitimement différent est Dissolution de Björn Strid (Soilwork). Au fait, comme il s’agit d’une musique originale de Metal : Hellsinger, vous pouvez le rechercher et le partager sur internet sans craindre d’être pénalisé par des plateformes telles que Youtube ou Twitch.

Le jeu le plus infâme de l'histoire du jeu sur PC a détruit la carrière du père de DOOM, et a failli me tuer aussi.

Amusant, énergique et satisfaisant.

Pour conclure, j’ai vraiment apprécié Metal : Hellsinger et je pense que si vous savez ce que vous cherchez, vous l’aimerez aussi. Il y a quelques trous de conception qui peuvent vous mettre sur les nerfs à plus d’une occasion, mais en fin de compte, c’est une expérience qui peut être terminée en un après-midi, vous pouvez… répéter autant que tu veux et il y a une bande sonore qui tue. J’imagine que s’il y a une suite, les personnes derrière le film voudront améliorer la narration, les possibilités d’interagir avec les personnages et les images. bac à sable et l’approche du défi, mais en attendant : félicitations, métalleux. Ces derniers jours, d’ailleurs, les responsables du jeu ont annoncé qu’il sera possible de importer et jouer nos propres chansons via une future mise à jour. J’espère que d’autres trucs sympas comme ça vont arriver pendant un moment.

Article précédentSalvini promet 30 milliards pour geler les factures des entreprises italiennes
Article suivantLa Riksbank augmente les taux d’intérêt plus que prévu : 100 points de base à 1,75 %.