Logo Chatborgne

Christiane Taubira rejoint la course présidentielle française pour tenter de rallier la gauche divisée

15 janvier 2022

Christiane Taubira rejoint la course présidentielle française pour tenter de rallier la gauche divisée

Taubira, le ministre de la Justice dans l'administration de 2012 à 2017 du président socialiste François Hollande, a fustigé "le pouvoir descendant et l'absence de dialogue social" sous Macron et a promis de se battre pour des salaires plus élevés, de meilleures conditions pour les élèves et les étudiants ainsi que le service de santé et protection de l'environnement.

Taubira, 69 ans, est née sur le territoire sud-américain français de la Guyane où elle a été députée. Elle est admirée à gauche après s'être battue pour une loi reconnaissant la traite des esclaves comme un crime contre l'humanité et pour avoir inscrit le mariage homosexuel dans les statuts en 2013 en tant que ministre de la Justice.

"Nous ferons tout cela ensemble, car c'est ce dont nous sommes capables", a-t-elle déclaré à une foule en liesse brandissant des pancartes indiquant "Avec Taubira".

Mais elle risque de devenir l'une des six candidates qui se bousculent pour obtenir des votes parmi les quelque 30 % de l'électorat qui penche à gauche.

Ils vont de l'instigateur Jean-Luc Mélenchon – le mieux noté dans les sondages compilés par l'hebdomadaire JDD à près de 10 % – au candidat des Verts Yannick Jadot et à la maire de Paris Anne Hidalgo à 6,5 et 3,5 %.

Un sondage de janvier a attribué à Taubira un soutien d'environ 4,5 %.

"Si elle parvient d'une manière ou d'une autre à unir les réformistes qui restent derrière elle, alors sa candidature pourrait changer la donne", a déclaré l'analyste politique Thomas Guénolé lundi à FRANCE 24, tout en prévenant rapidement : "Sans unité, cependant, elle deviendra juste une personne de plus". élément d'une gauche 'balkanisée' (et sans espoir).

>> Rebelle, femme d'Etat et poétesse : Christiane Taubira peut-elle enflammer la gauche moribonde française ?

À droite, trois challengers – la conservatrice Valérie Pécresse, la dirigeante traditionnelle d'extrême droite Marine Le Pen et le spécialiste insurgé de la télévision Éric Zemmour – ont des chances d'affronter le président sortant Macron au second tour des élections.

Bien qu'il n'ait pas encore déclaré sa candidature, le président lui-même bénéficie des cotes les plus élevées au premier tour avec environ un électeur sur quatre.

Les partisans de Taubira affirment qu'elle a le pouvoir d'attiser "l'ardeur" parmi les gauchistes, qui ont été les plus grands perdants après l'effondrement de la traditionnelle division politique gauche-droite depuis la victoire présidentielle choc de Macron en 2017.

>> Flashback : Dans le débat sur le mariage gay en France, une star politique est née

L'ancien ministre "se veut être l'antidote à la lassitude des électeurs de gauche, qui ne supportent plus la fragmentation", a déclaré Christian Paul, un partisan de Taubira et maire de la petite ville de Lormes dans le centre de la France.

L'un des outils sur lesquels Taubira a misé est une soi-disant "primaire populaire" d'environ 120 000 électeurs inscrits qui couronnera le candidat de gauche préféré.

Mais alors que Taubira s'est engagé à respecter le résultat, d'autres candidats clés ont refusé de s'engager dans le processus.

(FRANCE 24 avec AFP)

Jean Allard est un journaliste et rédacteur chevronné. Il est également le directeur de publication du journal Chatborgne.com. Passionné par les nouvelles technologies, Jean Allard est à l'avant-garde des innovations en matière de journalisme en ligne.
2021 - Copyright, TOUT DROITS Réservés
bookmarkcrosslistarrow-right