Logo Chatborgne

Les enseignants en France organisent un débrayage massif face à la confusion de Covid

13 janvier 2022

Les enseignants en France organisent un débrayage massif face à la confusion de Covid

Ils se plaignent que leurs membres ne sont pas en mesure d'enseigner correctement, ne sont pas suffisamment protégés contre l'infection à coronavirus et entendent fréquemment parler de modifications des précautions sanitaires via les médias plutôt que de la part de leurs supérieurs.

"Le gouvernement annonce des choses, mais personne ne pense à ce que cela signifie pour le personnel sur le terrain", a déclaré à l'AFP Olivier Flipo, le directeur d'une école parisienne.

"Ils nous demandent des choses infernales et tout va aux chiens".

Avec de nombreux élèves malades et des difficultés à combiner l'enseignement à distance avec des cours en présentiel, "ce n'est pas l'école qui est ouverte, mais une sorte de" garderie "", a déclaré SNUipp.

Certains parents interrogés par l'AFP dans la rue ont soutenu la grève.

"Je comprends les enseignants et leur position... les classes sont trop grandes, ils ne sont pas assez payés, leurs conditions de travail ne sont pas les meilleures", a déclaré Akim Aouchiche devant une école du nord-est de Paris.

"C'est leur façon de se faire entendre", a déclaré la conseillère fiscale Alexandra Stojek.

"Je comprends ce qu'ils demandent, c'est justifié, ils ne font pas ça pour nous déranger."

Gestion de crise

"Jusqu'à présent, le public pensait que le gouvernement et le président Emmanuel Macron avaient bien géré la crise", a déclaré à l'AFP Brice Teinturier du sondeur Ipsos.

Mais s'il y a des perturbations importantes du fait de la grève, "cet équilibre risque de s'effondrer", a-t-il ajouté.

Les challengers de l'élection présidentielle de Macron se sont emparés du débrayage, les candidats d'extrême gauche et socialistes Jean-Luc Mélenchon et Anne Hidalgo se joignant aux manifestants à Paris.

Le chef par intérim du Rassemblement national d'extrême droite Jordan Bardella a déclaré que la grève montrait que "le problème, c'est avant tout Emmanuel Macron".

Motivé par de longues files d'attente pour les tests à l'extérieur des pharmacies, le gouvernement a assoupli cette semaine les règles sur les contrôles Covid pour les étudiants qui ont été exposés à une personne infectée, le Premier ministre Jean Castex annonçant les changements au journal de lundi soir.

"Nous avons écouté et apporté des changements", a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l'issue d'une réunion du cabinet mercredi, reconnaissant la "lassitude" des parents et des enseignants.

Le changement dans la chaîne de commandement semble être une réaction à la colère des enseignants contre le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer.

Mais Blanquer n'a pas reculé devant un discours dur, déclarant mardi à la télévision qu'"on ne fait pas grève contre un virus".

AFP

Jean Allard est un journaliste et rédacteur chevronné. Il est également le directeur de publication du journal Chatborgne.com. Passionné par les nouvelles technologies, Jean Allard est à l'avant-garde des innovations en matière de journalisme en ligne.
2021 - Copyright, TOUT DROITS Réservés
bookmarkcrosslistarrow-right